Facebook EmaiInACirclel
Externalisation IT

10 choses à savoir sur les développeurs polonais

Krzysztof Urbanowicz
Krzysztof Urbanowicz
Partenaire Pentalog

Ils raflent les premières places dans les concours internationaux de programmation, ils sont les rois du Java, du Python et du Ruby, ils parlent bien anglais et, en plus, ils sont encore compétitifs sur les prix. Pas étonnant que les développeurs polonais soient dans le collimateur des recruteurs et des entreprises IT du monde entier.

Si la Pologne, la sixième économie de l’Union Européenne dont elle est membre depuis 2004, n’est pas très connue pour ses entreprises technologiques multinationales, elle est devenue un extraordinaire vivier de talents en informatique. Au point de challenger les géants comme la Chine et la Russie.

Voici 10 choses que vous devez savoir sur les développeurs polonais.

10 choses à savoir sur les développeurs polonais

1. Les développeurs polonais sont parmi les meilleurs au monde

Les classements internationaux sont formels : les développeurs polonais sont parmi les meilleurs au monde :

  • Ils sont 3èmes au monde dans le classement réalisé par HackerRank, après les Chinois et les Russes. Le HackerRank évalue les défis de codage pour les développeurs en fonction de la précision et de la rapidité des performances. Sur une échelle de 100 degrés, la Pologne obtient 98 points.
  • Ils occupent la 3ème place, après les Suisses et les Hongrois, parmi les programmeurs les plus tenaces au monde dans le classement de HackerRank.
  • Ils sont 3èmes au monde dans le classement de SkillValue, après la Slovaquie et le Mexique.
  • Ils sont 4èmes au monde dans le classement Top Coder.
  • Ils sont les premiers au monde dans le classement des meilleurs développeurs en Java.
  • Les domaines de compétences les mieux notés avec les scores moyens les plus élevés des développeurs polonais sont, outre Java, Python, Ruby, Algorithmes, Tutoriels et Shell

Les développeurs polonais raflent les prix et les places élevés dans les concours internationaux de programmation tels que Google Code Jam, Microsoft Imagine Cup ou TopCoder.

Classement SkillValue des meilleurs développeurs par pays

Tableau SkillValue

Comment on explique ces performances ? C’est surtout la conjonction de trois éléments :

  1. Le niveau très élevé de l’éducation dans le supérieur chez les développeurs,
  2. Une expérience internationale d’un bon nombre d’entre eux,
  3. Une bonne culture de travail, ce qui n’est pas encore évident dans tous les pays d’Europe Centrale et Orientale (PECO).

2. Les développeurs polonais ont un niveau très élevé d’éducation dans le supérieur

99 % des développeurs polonais ont un diplôme d’enseignement supérieur. Ils peuvent étudier l’informatique dans la plupart des 500 universités à travers le pays, dont l’École Polytechnique de Varsovie ou l’Université Jagellon de Cracovie qui sont très respectées dans le monde universitaire et scientifique en Europe.

Le fait à souligner : comme l’industrie polonaise des jeux vidéo est l’un des secteurs les plus importants de l’économie et de la culture polonaises (voir le point 4 ci-dessous), les universités polonaises proposent actuellement quelque 60 cours liés à la création de jeux.

Chaque année, les universités technologiques polonaises diplôment plus de 15 000 nouveaux ingénieurs en informatique.

Par ailleurs, pas mal de développeurs polonais sont tombés dans la marmite du code étant très jeunes. Un développeur polonais sur dix a commencé à coder avant de pouvoir conduire.

La Pologne est à la 4ème place au monde avec le plus grand nombre de développeurs ayant commencé à coder entre 5 et 10 ans, selon HackerRank.

3. La Pologne est le plus grand marché de programmeurs en Europe Centrale et Orientale.

Selon l’enquête d’Infoshare, la Pologne est le plus grand marché de programmeurs talentueux des PECO.

Un développeur sur quatre en Europe Centrale et Orientale est un Polonais. Il y a actuellement 250 000 développeurs qui travaillent en Pologne, ce qui représente 25% de la communauté entière des développeurs de la région des PECO.

La plupart d’entre eux (80 %) sont répartis dans l’un des 7 centres technologiques de la région : Varsovie, Cracovie, Wroclaw, Katowice, Poznan, Gdansk et Lodz, avec au moins
10 000 développeurs dans chaque ville. C’est important pour bien des entreprises qui, pour des raisons différentes, préfèrent par exemple établir son centre R&D plus à l’ouest, plus près de l’Allemagne, plus au nord, près de la mer Baltique ou au sud du pays.

Il est intéressant de noter que dans la plupart des pays de cette région, il y a une nette concentration de développeurs dans les capitales. La Pologne fait exception à la règle. Ici, « seulement » 30% de développeurs travaillent à Varsovie (plus de 74 000), ce qui représente le niveau de concentration le plus bas de toute la région.

Le marché des services informatiques est d’ailleurs parmi les secteurs qui connaissent la croissance la plus rapide. La part des services informatiques dans l’industrie est passé de 39% à 45% en 2019, selon International Data Corporation.

10 choses à savoir sur les développeurs polonais

4. La Pologne est, à côté de la France, leader dans le secteur de jeux vidéo en Europe

Comme je le disais plus haut, l’industrie polonaise des jeux vidéo constitue un pan important de l’économie et de la culture polonaises. C’est un véritable fleuron du secteur polonais d’IT.

Plus de 10 000 développeurs travaillent dans cette industrie. Celle-ci compte 440 sociétés de production des jeux vidéo et fait 500 millions d’euros par an, essentiellement à l’étranger (96%).

D’ailleurs, la plus grande société cotée à la bourse de Varsovie s’appelle CD Project, qui est un éditeur de jeu vidéo, l’Ubisoft polonais. CD project est l’une des rares entreprises polonaises du secteur IT connue dans le monde.

On se souvient de ses hauts et de ses bas :

  • Son plus grand succès est le fameux jeux « The Witcher » (Le Sorcelleur), adapté brillamment à l’écran par Netflix.
  • Son plus grand flop reste l’un des jeux vidéo les plus médiatisés de l’année 2020, “Cyberpunk 2077”. Il a dû être retiré des magasins par Sony, partenaire de CD Project, à cause de ses bugs qui n’en finissent pas d’enflammer les services sur les jeux et les forums de gamers. L’éditeur de jeux polonais est d’ailleurs toujours en train de les réparer à coup de patches qui foirent.

5. Les développeurs polonais travaillent souvent dans des sociétés internationales

D’abord, alors que les investissements étrangers continuent de baisser en Pologne, le pays a quand même réussi une belle performance en attirant les plus grands noms de l’IT mondial.

Des entreprises internationales comme Google, Microsoft, IBM, HP, Oracle, Dell, Samsung, Huawei, Opera Software, Samsung ou Amazon, Uber ont ouvert en Pologne soit leurs bureaux, soit leurs centres R&D, soit les deux à la fois. Plusieurs milliers de développeurs polonais sont passés par là.

Ensuite, dans le secteur de la Fintech, des banques telles que Alior ou mBank investissent dans leurs propres start-ups. Signature électronique, chatbots, blockchain, e-services, services de marketing modernes – ce ne sont là que quelques exemples de projets informatiques dans lesquels les banques se sont engagées ces dernières années.

D’autres banques soutiennent massivement le plus grand concours polonais pour les innovateurs et les start-ups « ABSL Start-Up Challenge”. L’organisateur du concours est l’Association des chefs de file des services aux entreprises (ABSL), qui réunit près de 200 entreprises, dont Accenture, Capgemini, Citibank, DSV, Google, HP, IBM, J.P. Morgan, Infosys, Procter & Gamble, Shell et UBS.

Les entreprises internationales emploient, rien que dans le secteur des services, plus de 300 000 personnes en Pologne, dont les développeurs.

Enfin, il y a aussi plusieurs centaines de sociétés d’externalisation polonaises dans le secteur IT qui ont une expérience substantielle de travail direct avec des entreprises du monde entier.

Selon des experts, il faut s’attendre à un regain d’intérêt de la part des investisseurs pour le marché des services en Pologne.

Julien Marcilly, l’économiste en chef de la Coface, prévoit dans Les Échos que du côté des services, les gagnants de la montée en puissance du télétravail sont ceux qui cumulent 3 éléments :

  • Une main-d’œuvre qualifiée,
  • Un coût du travail avantageux,
  • Des infrastructures internet efficaces.

Pour peu qu’ils se trouvent à proximité d’un bassin économique, ils ont toutes les chances d’accueillir de nouveaux investissements. En Europe, la Pologne, la Slovaquie ou encore les Pays baltes sont dans cette catégorie.

6. Les développeurs polonais sont connus pour leur forte éthique de travail

Dans les commentaires des clients sur Clutch, une plateforme qui permet de trouver les meilleures entreprises pour un projet marketing, les spécialistes polonais sont décrits comme étant très professionnels, avec une excellente communication et une éthique de travail, respectant les délais et apportant des solutions appropriées à des problèmes complexes.

Explication :

  • D’abord, la qualité de l’enseignement supérieur en informatique a certainement une influence sur la qualité du code. Ils fournissent un code de haute qualité.
  • Ensuite, du point de vue culturel, les Polonais ont une mentalité assez occidentale, malgré leur passé communiste qui leur a surtout appris une débrouillardise peu commune. Ils sont, comme disent les Américains, des « do-it people, » c’est-à-dire les gens d’action qui font ce qu’il faut faire.
  • Enfin, comme je l’ai écrit plus haut, des milliers de développeurs travaillent dans des entreprises technologiques étrangères qui leur ont inculqué les meilleurs standards internationaux de travail.

7. Les développeurs polonais parlent très bien l’anglais

L’anglais est de loin la langue étrangère la plus parlée dans ce pays. 62% de population polonaise parle la langue de Shakespeare. En guise de précision, la Pologne est le 11ème pays sur 100 dont les habitants maîtrisent le mieux la langue anglaise et le 9ème sur 33 pays d’Europe.

L’indice de compétence en anglais de la Pologne est nettement supérieur à celui de la Russie et de la Chine.

Le français – comme ailleurs dans le monde, n’est pas très populaire parmi les développeurs. Mais la langue de Molière vient quand même en troisième place, après l’anglais et l’allemand.
RGPD

8. La Pologne est soumise au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD)

La sécurité des données est un autre point crucial que les Polonais prennent très au sérieux.

La Pologne est conforme au règlement général sur la protection des données (RGPD), ce qui signifie que les données sont sûres et solides. Les données que vous leur communiquez sont donc protégées comme en France ou en Allemagne.

Décidément, ici on ne plaisante pas avec les données. C’est d’ailleurs assez irritant car on vous fait signer des épais contrats sur l’obligation de la protection de la confidentialité de données parfois pour une babiole.

9. Les développeurs polonais sont encore moins chers qu’en Europe occidentale et aux États-Unis

Le salaire moyen brut d’un développeur en Pologne est de 36 889 euros par an par rapport à 43 490 euros en moyenne France, 56 121 euros en Allemagne ou 88 046 aux Etats Unis, selon une étude réalisée en 2020 par CodinGame.

Les Polonais sont en revanche plus chers que les Espagnols (34 249 euros), Les Ukrainiens (28 643 euros) ou les Russes (27 341 euros). Selon CodinGame, les développeurs les mieux payés travaillent dans le secteur des assurances, suivi de près par les secteurs des nouvelles technologies et de la santé.

Le salaire mensuel moyen d’un développeur de logiciels en Pologne est de 2 600 à 3 100 euros par mois, selon l’Association des dirigeants de services aux entreprises.

Cela veut dire que les coûts de la main-d’œuvre en Pologne (selon le lieu d’implantation) peuvent être toujours de 10% à 30% inférieurs à ceux de l’Europe occidentale et les États Unis.

Le classement des pays qui rémunèrent le mieux les développeurs est dominé par les États-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Ce sont donc les marchés prioritaires pour les software houses polonais.

10. Pas de décalage horaire avec la France

La Pologne se trouve dans les même fuseau horaire que la France. Il n’y donc pas de décalage horaire, ce qui facilite le travail.

Pour ce qui est des États-Unis, le décalage horaire est acceptable, avec seulement 6 heures séparant la Pologne de la côte Est des États-Unis.

En conclusion, la Pologne est le centre, un hub de programmeurs talentueux, diplômés de l’enseignement supérieur, qui parlent anglais et qui fournissent un code de haute qualité, et – last but not least – dans les délais.

Vous souhaitez collaborer avec les meilleurs développeurs de Pologne ? Je vous invite à contacter mon équipe pour discuter de votre projet.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *