Facebook EmaiInACirclel
Externalisation IT

Alors, on a chanté ….

PentaGuy
PentaGuy
Blogger

Article rédigé par Alexandra Sandu

En 1982, lorsque Jack Lang, le Ministre de la Culture du gouvernement Mitterrand vous proposait de descendre vos instruments de musique des greniers, de les sortir dans la rue et d’en jouer pendant 30 minutes – la Fête de la Musique semblait juste une utopie risquante. On craignait un échec, la fête était donc prévue juste pour une demi-heure. Et pourtant elle a duré jusqu’à l’aube. Paris, Rennes, Toulouse, Lyon… ce n’était que le début d’un phénomène qui allait séduire pendant les 30 années suivantes une centaine de pays hors la France.

Au long du temps les espaces non-conventionnels se sont multipliés, tout comme les concerts et les artistes d’occasion, qui sont devenus de plus en plus originaux. Le 21 juin on chante et on joue dans la rue, dans les places publiques, au métro mais aussi au boulot et la musique signifie (au moins pour une journée!) une approche de l’Autre, un langage commun, une transmission de nos expériences et sentiments, une expression courageuse (car on s’assume des risques évidents) ou tout simplement une manière de nous détendre.

…….chez Pentalog?

Oui, parce que nous avons la chance de la multiculturalité. Au-delà du fait que nous y parlons plusieurs langues, nous avons aussi la possibilité de faire communiquer plusieurs cultures.
Oui, parce que nous sommes jeunes et nous aimons la musique sous toutes ses formes.
Oui, parce que nous avons des instruments musicaux à la maison.
Oui, parce que dans chaque agence Pentalog il y a un professeur de français qui a souhaité s’impliquer dans l’organisation de cet événement.

Comment ?

Evidemment sur des rythmes de musique. Après 18 heures, les salles de réunion de nos agences roumaines et moldaves ont fait peau neuve. Guitarres, mini-pianos, violons etc. plus du bon vin et de la pâtisserie française. Nous avons fait du karaoke à Iași, un quiz musical à Bucarest, nous avons dansé à Cluj, nous avons joué de la musique classique à Brașov et Chișinău et nous avons fait un peu de tout (musique, jeux et danse) à Sibiu. Les petits faussets inhérents et « les acclimatations » autochtones n’ont pas manqué mais nous avons quand même gardé l’esprit d’une fête basée sur le plaisir de socialiser par la musique .

«Franchement dit, c’est pas chose facile d’organiser une fête à la carte. Premièrement la timidité nous empêche de présenter nos talents à nos collègues. La frustration (peut-être ne nous permet pas de nous faire sortir notre instrument de musique et d’en jouer en public. Deuxièmement, il existe une question très vague: «et les autres…qu’en diront-ils?».
Mais…ce sont des pensées d’ adultes!!!
Néanmoins, la solution existe toujours! J’ai fait appel aux enfants: Vlad et Liviu sont arrivés de Galati, Roumanie pour jouer du piano. Après, le quartet du Lycée « Ciprian Porumbescu» de Chisinau est venu avec un bouquet de pièces classiques. On a découvert Menuet» de Bocherrinni, O mio babino caro» de G.Puccini, «Allemanda» de Bach (suite 2 ), «Scent of a woman» de C Gardel,«Libertango» de Astor Piazzollo. Après le concert, un collègue s’est approché de moi et a avoué d’avoir entendu POUR LA PREMIÈRE FOIS des sons vifs du violon, de la viole, du violoncelle…Il aurait voulu écouter et réecouter. » (Viorica P., Chișinau)

«Pour La Fête de la Musique, j’ai préparé un quiz, un jeu de mémoire musicale. C’est un thème qui a plu à tous les invités et qui permet les échanges entre les joueurs. Le concours a eu pour but la vérification des connaissances musicales (les participants ont dû reconnaitre 20 chansons et répondre aux questions concernant l’activité musicale internationale, les musiques de film, les collaborations, etc). On a eu plusieurs équipes et l’équipe gagnante a reçu une médaille.
On a joué quelques morceaux de rock classique et on s’est bien amusés. Les fans de rock ont été très contents d’écouter leurs chansons préférées.C’était une soirée agréable. Nous avons un joli pavillon de jardin où on a fait un bon barbecue, et je crois que c’est une idée brillante de répéter cette expérience.» (Madalina A., Bucarest)

« La Fête de la Musique a été organisée aussi à Brasov où plusieurs personnes ont participé. Marius Păltănea et Irina Șerban ont chanté de la musique classique et aussi française, après cela tout le monde a socialisé en goûtant de la pâtisserie française..» (Adina V., Brașov)

«Comme aspects positifs, j’ai remarqué beaucoup de fun et d’enthousiasme ( les collaborateurs de l’agence de Cluj n’arrêtaient pas de poser des questions avant l’événement), l’excellente pâtisserie française commandée chez un pâtissier français, la musique de fond qui a créé une ambiance très agréable, le jeu sur Nintendo Wii bien sûr le fait qu’on a dansé du salsa. Malheureusement personne n’a voulu chanter. Peut-être que pour l’avenir on pourrait penser à organiser un tel événement en dehors de l’agence pour que tout le monde se sente à l’aise et oublie « le trac ». (Luminița, Cluj)

 Et oui, il faut un petit grain de «folie» constructive pour qu’un tel événement devienne une réussite. Je remercie donc tout ceux qui y ont crû, qui ont préparé les salles, qui ont apporté leurs instruments de musique, qui ont chanté/dansé/joué, qui ont immortalisé ce moment par de belles photos.

C’est grâce à tous ces efforts conjoints que la première édition de la Fête de la Musique a pu être célébrée dans nos agences  🙂

Pour voir les photos de la Fête de la Musique dans les agences Pentalog, suivez-nous sur Facebook.

Article rédigé par Alexandra Sandu


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *