Facebook EmaiInACirclel
Externalisation IT

CIR : Beaucoup d’autres pays s’y mettent et favorisent les implantation s d’activités technologiques

Frédéric Lasnier
Frédéric Lasnier
Chief Executive Officer

Tout le monde connaît en France le statut de JEI ou le CIR, mais qui connaît le Chief Scientist israélien, dont le taux de financement peut atteindre 50% des coûts ? Qui sait que la Turquie a lancé un fabuleux programme visant à réduire les importations de technologie de moitié à l’horizon de 2023 pour le centenaire de la Turquie moderne, qui s’articule sur un mécanisme proche du CIR, moins sélectif et plus puissant puisqu’ouvert à toute activité web, sur des parcs technologiques défiscalisés et exonérés de charges sociales, qui font de ce pays, au côté de la France et d’Israël, l’une des meilleures opportunités du monde pour mettre sur pieds des entreprises du web ou des unités de R&D ? Les universités turques sont par ailleurs renommées, 2 d’entre elles ayant rejoint le Top 100 du classement de Shanghai.Les aides directes et indirectes à l'innovation à la R&D dans le monde

Qui encore sait que la Roumanie, membre de l’Union Européenne s’apprête à lancer un programme de 100M€, sous forme de prise en charge de 40 à 50% de la masse salariale des projets reconnus par l’état ? Le ticket d’entrée est élevé puisqu’il faut, pour bénéficier de ce cadre, garantir l’emploi des plateformes en question pendant 7 ans et pour 200 personnes (!), alors que l’aide ne dure que 2 ans. Ce dispositif est typiquement conçu pour des entreprises de services de technologie d’envergure. Ceux qui n’ont pas de plans à long terme doivent s’abstenir. Pour les autres, c’est un régal, d’autant que ce statut roumain, étant européen, n’est pas incompatible avec le CIR français et la JEI. Sympathique, n’est-ce pas ? En combinant les 2 statuts avec les tarifs nearshore, le coût global pourrait descendre en dessous de 30% du coût brut nominal en France.

Quoi qu’il en soit, notre valeureux CIR est de moins en moins seul et je m’attends dans les années qui viennent à voir apparaître des initiatives de plus en plus nombreuses en la matière, y compris dans les pays émergents. Peut-être même surtout dans les pays émergents performants, ceux dont la gestion budgétaire et les soldes commerciaux performants autorisent des politiques d’incitations fiscales très agressives. Nous suivrons bien entendu cela de très près pour assurer nos clients des meilleures opportunités.

*Je passe ici sur les zones franches technos qui existent dans de très nombreux pays : Vietnam, Maroc, Tunisie… qui vont tout de même beaucoup moins loin.

Consultez également :


Un commentaire

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *