Facebook EmaiInACirclel
Externalisation IT

Loin de l’image offshore ou même nearshore, les développeurs Est européens se sont imposés comme la référence mondiale du code

Frédéric Lasnier
Frédéric Lasnier
Chief Executive Officer

Quels que soient les classements mondiaux (HackerRank, SkillValue, etc.), les pays de l’Europe de l’Est occupent entre 5 à 10 positions du top 10 et entre 12 à 15 positions sur le top 20 mondial, reléguant de nombreux pays aux oubliettes de l’ingénierie de programmation.

Les classements des uns et des autres peuvent avoir des biais communautaires, liés à la surexposition dans un pays plutôt que dans un autre. Mais tous classent systématiquement la Pologne, les Pays Baltes, la Russie, la Moldavie, l’Ukraine, la Roumanie, la Bulgarie et d’autres pays de l’Europe de l’Est dans le top 20 mondial.

Quand on en arrive aux questions de propreté de code, ils trustent même quasiment les 10 premières places, à l’exception de la Suisse et de la Chine qui scorent très haut dans tous les classements également.

meilleurs développeurs - europe est - développement it

Vous recherchez une équipe de développeurs aux compétences reconnues ? Prenez un rendez-vous pour parler plus amplement de votre projet de développement IT !

Mais pourquoi ?

Ces performances n’ont évidemment rien à voir avec une quelconque particularité de conformation des cerveaux de l’Est, ni même désormais avec les spécificités du système éducatif. Ce que l’on a pu dire du vieux système soviétique et de la place des maths a beaucoup vieilli.

Les systèmes éducatifs de l’Est seraient même plutôt à la traîne, incapables de préparer les étudiants à la pluridisciplinarité que requiert une vraie carrière d’ingénieur.

 

Le sweet spot des startups américaines

Pourtant les faits sont là, en moyenne le code y est plus propre qu’ailleurs dans le monde, les compétences sur les toutes dernières techs sont plus nombreuses en pourcentage, et de loin, qu’à peu près partout ailleurs dans le monde.

Les entreprises américaines, dont les californiennes en tête, continuent de miser à fond sur les développeurs de cette Europe un peu plus lointaine.

Ils y sont venus au départ essentiellement pour des raisons de coûts, ensuite pour des raisons de pénurie de programmeurs dans leur propre écosystème. Mais on n’en est plus là aujourd’hui. À force de nombreuses collaborations sur le cœur des produits avec les technos les plus avancées, les développeurs de l’Europe de l’Est sont devenus les plus fiables du monde et cette image est désormais très claire chez les Anglo-Saxons, les Allemands et les Nordiques.

 

Une anglophonie de top niveau, des réseaux mondiaux grâce aux diasporas des ex-pays de l’Est, un cadre fiscal généralement conciliant… bref un rapport performance/coût du travail très favorable.

Les pays de l’Est et leurs ressortissants doivent continuer de se battre au sein d’une Europe qu’ils jugent souvent arrogante et face à des gouvernants parfois ouvertement corrompus. C’est l’autre face du problème.

Il faut être excellent pour améliorer sa vie, parfois partir vers les États-Unis, l’Angleterre, la Suisse ou encore l’Allemagne avant de revenir.

Des relations d’excellence se tissent ainsi et ceux qui partent au loin jouent souvent un rôle pour aider le pays à se développer. C’est très vrai dans la tech. Pentalog Software Factory fait des dizaines de millions d’euros de chiffre d’affaires grâce aux diasporas roumaines et moldaves, partout dans le monde.

Tous ces gens n’ont qu’une langue de travail, l’anglais, qu’ils parlent à merveille et leur permet ainsi de s’insérer dans des projets qui organiquement ciblent l’international.

Ajoutons à cela des États au final favorables sur la tech : des régimes de freelancing très peu regardants, des exonérations fiscales ici ou là, des aides d’États aux entreprises de technos, et vous aboutissez à un cadre d’une très grande compétitivité.

Efficacité, qualité, prix, tout y est.

 

Notre conseil : changez de perspective sur vos activités de programmation

L’Europe de l’Est reste avant tout une chance pour l’Europe de l’Ouest dans des contextes de manque de ressources et d’augmentation constante du backlog.

Avec un décalage horaire nul ou quasi nul et des pratiques agiles de top niveau mondial, ces développeurs représentent une capacité facile à intégrer, mais aussi une source d’inspiration et de qualité de premier ordre, dans une balance de coût qui reste favorable, même si le rattrapage économique a fait son œuvre.

À noter enfin que les entreprises des pays membres de l’UE sont, par leur appartenance à l’Union, compatibles avec les différentes aides nationales de type CII/CIR en France, afin d’éviter les distorsions de concurrence entre pays membres.

 

Si vous avez un projet de développement IT et souhaitez tester les compétences de coding d’une équipe en Europe de l’Est, contactez-nous pour avoir plus de détails !

 


Consultez également :

Nearshore, offshore, onshore – quelles différences et que choisir ?

PENTALOG Moldavie, la stratégie d’outsourcing nearshore anti-crise de Pentalog

Villes high-tech : venez prendre un café à Bucarest !

Delivery Center Pentalog Cluj – Notre histoire s’écrit avec une équipe forte


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *