Facebook EmaiInACirclel
Vie d’entreprise

Exit 2013, exercice de bilan

Frédéric Lasnier
Frédéric Lasnier
Chief Executive Officer

Et oui, c’est l’heure ! Je suis même un peu en retard. Petit exercice de transparence sans trop de langue de bois !

Pour les Services de Conseil et d’Outsourcing en Technologie Digitales

Dure, très dure, cette année 2013, comme prévue. J’ai pas envie de m’étendre sur les sujets difficiles que j’avais traités dès janvier et février. Nous avons énormément peiné sur le périmètre de la JV Pentalog-Ausy (pour laquelle nous ne sommes pas en charge des ventes), dont le plus gros contrat s’est réduit de 75%, même si nous avons en parallèle signé avec le leader mondial des semi-conducteurs. C’est bien, mais pas suffisant pour couvrir 100% du périmètre perdu. Notre filiale allemande a également connu un ralentissement qui lui était un peu moins prévisible.

Mais ces deux contre-performances ont fantastiquement été absorbées par les marchés français et américains. Sur le seul périmètre historique français, nous générons près de 20% de croissance dans une année pourtant marquée par une sinistrose terrible sur ce marché. Nous n’avons jamais eu une relation aussi étroite avec le monde du capital investissement, les startups et les innovateurs de tous bords. Les nouvelles offres de cloud et de conseil (CIR, technologie, méthodologie, digital strategy) ont joué le rôle de cheval de Troie. Nous restons agressifs sur ce marché, de même que sur la Suisse romande, la Belgique et tous les marchés étrangers francophones.

Accompagné de quelques membres de l’équipe française, Cosmina Trifan, Alexandra Mondanel ou Sophie Lelarge, et avec l’aide d’Emmanuelle, notre consultante bostonienne, nous avons lancé en 6 mois une activité significative sur les US. Ce n’est pas gigantesque, mais avec mon quart temps et celui d’Emmnuelle, nous avons généré aux US des engagements pour 17 pentaloguiens à plein temps. Quand on y ajoute les engagements US que nous avions préalablement à cette période, nous arrivons à un total de 45 personnes environ, pour un chiffre d’affaires mensuel de 180 000€ (245 000$). Sans être exceptionnels, ces chiffres constituent une contribution réelle au résultat d’ensemble. Il n’y a là que du chiffre d’affaires en direct, aucun partenariat avec des SSII locales, nous maîtrisons systématiquement la relation commerciale à 100%. Nous devons maintenant donner une suite à ces premiers succès. Ce sera l’un de mes sujets personnels pour 2014. Au total, nous atteignons un nombre de 30 nouveaux clients sur 12 mois dont la très grande majorité sont actifs aujourd’hui et continueront de se développer en 2014. Ce chiffre de 30 est un record pour nous.

Notre chiffre d’affaires est composé à 40% de grands comptes cette année et à 60 d’innovateurs et de startups essentiellement françaises, américaines et allemandes. Cette clientèle composée d’une majorité d’entreprises d’avenir et de croissance est un pari différent de celui de la plupart des entreprises d’outsourcing qui pour la plupart ne recherchent que la clientèle des fortune 500. Nous observons d’ailleurs en Roumanie une course aux services de Help Desk des multinationales à laquelle nous ne participons pas. Nous recherchons plutôt les projets de r&d, les business models et les technologies de demain, qui nous permettrons d’élever constamment le niveau de notre offre. Nous cherchons un positionnement quelque part entre les sociétés de services IT, les cabinets de conseil et les incubateurs dans lesquels investisseurs et industriels investissent lourdement aujourd’hui. Notre clientèle de grands comptes vient tout de même pondérer les risques commerciaux que nous prenons avec de plus petites structures. Nous avons facturé 100 clients dans 12 pays, soit 12 de plus qu’en 2012 !

S’adapter à toutes les situations

Pentalog est né en 1993, une période extrêmement dure sur toute l’Europe que beaucoup ont oublié (post guerre du Golf, post-réunification allemande). Nous savons mieux que personne qu’une crise est un processus de sélection naturel, darwinien, que nous devons utiliser et anticiper si nous ne voulons pas en être la victime. Nous avons mis à profit le turnover naturel, laisser partir des gens, dans les deux premiers trimestres, bien plus qu’à notre habitude. Nous avons aussi fait partir quelques personnes. Nous avions formé beaucoup de jeunes les années précédentes, et alors que plusieurs de nos clients étaient affectés par la crise, il était nécessaire de chercher à garder les meilleurs d’entre eux. Je ne dis pas que nous avons systématiquement réussi, nous avons même forcément perdu quelques personnes de qualité dans l’opération et je le regrette. Mais globalement nous en sortons extrêmement renforcés. Notre équipe est plus senior, plus dense en expertise et finalement plus en adéquation avec une clientèle beaucoup plus innovante que la moyenne. Mais la plus grande satisfaction, c’est que nous sommes aujourd’hui en phase avec nos équipes. Nos clients perçoivent que le niveau n’a jamais été aussi élevé dans Pentalog, la mesure de satisfaction est elle aussi au top. Nos équipes sont extrêmement participatives (plus d’actions de formation, de knowledge sharing, de responsabilité sociale, plus de comportements entrepreneuriaux). Finalement les Pentaloguiens de 2013 sont plus supporters du modèle Pentalog que jamais. Bravo ! Encore une fois ce n’était pas évident dans ce contexte. Il y a des gens qui ont vraiment la classe mondiale dans cette maison 🙂 Pour parvenir à ce résultat, nous revendiquons notre droit à faire des choix parmi nos ressources, tout comme elles n’hésitent pas à arbitrer leur choix de carrière quand elles estiment que Pentalog n’est pas à la hauteur de leurs attentes. Nous sommes probablement plus anglo-saxons qu’européens en ce sens. Merci à tous ceux qui cautionnent un modèle de transparence économique et financière qui est le nôtre.

Bref, nous ne prétendons pas être les meilleurs mais nous essayons de fournir un cadre qui permette au maximum d’entre nous, de réaliser une aventure personnelle (près de 50 entrepreneurs dans l’entreprise ont fait le choix d’acquérir des actions de Pentalog, plus ceux que nous avons soutenus dans la création d’entreprises, soit environ 5). Il sont des centaines à y avoir gagné une expérience internationale, des centaines à avoir appris le français, l’allemand… et même le coréen ! Nous souhaitons être une entreprise à forte personnalité et qui a quelque chose à transmettre.

Stratégie d’investissement Pentalabbs

L’année a été relativement riche sur ce plan, tant par les résultats obtenus sur les opérations antérieures que sur les nouvelles opérations. Initié en 2010, devenu réellement actif en 2011, Pentalabbs a reçu environ 1M€ d’investissement. A quoi cet argent a-t-il servi ?

People Centric progresse trop lentement mais a réellement engagé sa phase de traction sur les modèles de tests. Entre 100 et 200 candidats IT, essentiellement français et roumains, viennent se tester tous les jours sur ses plateformes ! C’est unique en Europe et constitue un actif à part entière. La plateforme internationale est sur le point d’arriver. plus de 70 000 candidats ont déjà été testés. La base totale de People Centric atteint aujourd’hui 180 000 profils d’ingénieurs IT en Europe.

Easyflyer: 717 000€ de CA en 2011, 1,44M en 2012 et 3près de 2,9M€ en 2013. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. La startup orléanaise d’imprimerie en ligne va très très vite. (en savoir plus sur cette success storie)

Ecotravel : la deuxième startup soutenue à Orléans (vente en ligne de services de transport de personnes) générera près d’un million de CA sur son exercice qui se terminera en mars, en croissance de 30 à 50%. (en savoir plus sur cette success storie)

En 2013, nous sommes rentrés dans deux entreprises franco-roumaines et avons participé à une augmentation de capital d’Ecotravel.

Nous avons donc signé deux opérations : – avec Rue de la Paye, implanté à Paris, Vichy et Bucarest et qui totalise près de 50 employés pour 1,5M€ de CA. L’entreprise est un cloud serviciel end to end voué à un important développement. Un pentaloguien de Moldavie, Alex Arapan, devient le DT de la société. Rue de la Paye est désormais utilisateur de la marque « Alliance Pentalog« . – avec MarketScience, éditeur de logiciel SAAS pour l’univers du trading. Un autre Pentaloguien, Irinel Matei, en devient également le responsable des développements et rejoint les associés. MarketSciences utilisera également la marque « Alliance Pentalog« .

Au total, nos participations cumulent environ 6M€ de CA pour une participation de 25% en moyenne et elles emploient plus de 100 personnes. (Quelles entreprises font déjà partie de l’Alliance Pentalog ?)

Synthèse financière

Il ressort de toutes ces tendances des résultats de très bonne qualité finalement. Nous finissons cette année complexe en croissance de 5% environ sur les activités de services et de conseil en technologie, mais avec de forts contrastes : +18% en France, +100% aux US et en réelle contreperformance en Allemagne et dans notre Joint-venture. 100% de nos activités se font dans le Digital, les techos web, le cloud et le mobile.

Le chiffre d’affaires de la marque Pentalog progresse lui de 10% à 25,5M€.

L’effectif des activités de services en technologie reste stable, aux environ de 700 personnes.

Le chiffre d’affaires de l’ensemble des activités et des participations est de 29M€ environ.

L’effectif de l’ensemble des activités et des participations est de 850 personnes répartis dans 6 pays (Roumanie, Moldavie, France, Allemagne, Vietnam, Etats-Unis).

Notre rentabilité progresse légèrement malgré toutes les difficultés qui ont pesé sur les clients. Nous avons donc conserver intactes nos capacités d’investissement. Je félicite l’ensemble des équipes, dans toutes les villes pour le travail accompli. Notre taux de dépendance à notre plus gros client est passé de 22 à 15%. C’est un vrai progrès et nous pourrions tendre vers 10% en 2014.

Quelques exemples de missions remplies par les pentaloguiens en 2013 :

– développement de logiciels de licence clearing Open Source (software, US)

– développement de plateformes de location de véhicules électriques en libre service (France)

– développement de la première solution de smart grid d’Europe (e-NRJ/M2M, Belgique)

– développement de la première plateforme de dating d’Europe (Réseau Social, France)

– développement de la première plateforme d’Europe de gestion d’actif immobilier, smartbuilding (e-NRJ, France)

– développement de la plus grosse plateforme de traçabilité alimentaire du monde (France/US)

– développement de solutions de e-education sur tablettes (Web, US)

– développement d’un algorithme de redirection de trafic (e-commerce software, France)

– développement d’algorithme d’analyse d’images (réseau social, US)

Voir l’offre développement d’applications et de sites web Consultez également l’offre pour les éditeurs de logiciel Consultez le blog de Frederic Lasnier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *