Facebook EmaiInACirclel
Systèmes embarqués – IoT

IoT livre blanc : la Blockchain est-elle la sécurité qu’il manquait aux données ?

Mickaël Hiver
Mickaël Hiver
Revenue Manager Europe & Asia
Blockchain

Avec l’augmentation exponentielle du volume de données, la blockchain pourrait représenter une solution efficace. Néanmoins, son déploiement semble encore compliqué et loin d’être effectif.

L’évolution et l’amélioration de l’IoT va immanquablement de pair avec la quantité de données disponibles et le traitement qui en est fait. La gestion d’un flux grandissant de données interroge forcément sur la sécurité : comment garantir leur inviolabilité ?

La Blockchain pourrait être la solution qu’il manquait, mais son utilisation est encore loin d’être démocratisée.

Parmi d’autres, le livre blanc Pentalog « IoT : Enjeux économiques et défis technologiques à grande échelle » aborde ce sujet que nous partageons également dans cet article. Nous vous invitons à en apprendre davantage sur le sujet en téléchargeant gratuitement le livre blanc :

 

 

La Blockchain est-elle la sécurité aux données qu’il manquait ?

Apparue en 2008 avec le Bitcoin, la blockchain a depuis largement dépassé le domaine de la crypto-monnaie. Sa complexité fait d’elle un des systèmes de sécurité les plus performants ; mais malgré ses perspectives attractives, des obstacles de taille empêche sa généralisation.

Qu’est-ce que la Blockchain ?

Lors d’un transfert d’actifs, 3 partis sont concernés : le client, le vendeur et un tiers de confiance (banque, notaire, etc.) qui s’assure des modalités et de la fiabilité de la transaction.

Dans le domaine du numérique, la blockchain remplace le tiers de confiance. Si elle se montre plus rapide et moins chère, son principal attrait réside dans le complexe système de sécurité mis en place.

La Blockchain est un registre de transaction décentralisé, infalsifiable et accessible à tous.

Chaque transaction est regroupée dans un bloc qui est validé par les nœuds du réseau (problèmes cryptographiques complexes). Une fois validé, chaque bloc est ajouté à la chaîne.

En l’absence d’architecture centralisée, si un nœud du réseau souhaitait introduire une erreur dans la chaîne, la masse des autres nœuds devrait automatiquement rectifier l’erreur. Pour que le piratage aboutisse, il faudrait prendre le contrôle de plus de la moitié du réseau ; c’est ce que l’on appelle « l’attaque des 51% ».

Entraves à la Blockchain

Malgré tous les éléments de réassurance que présente la blockchain, celle-ci est encore difficile à généraliser, notamment pour ces raisons :

    • Impact environnemental

Matériaux, data centers, logiciels, stockage : le numérique est une industrie à l’impact écologique lourd. Le développement des blockchains induit forcément une dépense énergétique importante en raison de la complexité du système, de la taille du réseau et de la sécurité.

    • Déploiement timide

L’absence de retour d’expérience sur l’implémentation de la blockchain dans les entreprises rend les industriels timides qui s’interrogent sur le coût de la scalabilité et le retour sur investissement.

    • Rareté des spécialistes

La blockchain reste une technologie complexe à manipuler et souffre de l’absence de spécialistes capables de la maîtriser ; ce qui justifie également la réticence des entreprises comme évoqué juste avant.

    • Latence

Par la complexité de son système, il faut environ une dizaine de minutes à la Blockchain pour valider une opération.

    • Compatibilité avec le RGPD ?

Mots d’ordre du RGPD : identification d’un contrôleur de données + modification des données à la demande de l’utilisateur. Mots d’ordre de la blockchain : informations infalsifiables a posteriori + architecture décentralisée.

Dans ce contexte, comment appliquer la blockchain à son entreprise sans être hors la loi ?

Cadre juridique avec le PACTE

La législation française a fait un premier pas vers la reconnaissance de la blockchain à travers l’article 26 du Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises (PACTE) et la sécurisation des échanges de titres financiers. Ainsi, l’AMF est autorisée à émettre des visas à tout acteur qui souhaiterait émettre des jetons destinés au marché financier français pour le financement d’un projet ou d’une activité.

Le jeton désigne « tout bien incorporel représentant, sous forme numérique, un ou plusieurs droits, pouvant être émis, inscrits, conservés ou transférés au moyen d’un dispositif d’enregistrement électronique partagé permettant d’identifier, directement ou indirectement, le propriétaire dudit bien. » (Source : Assemblée Nationale )

Le visa est un document d’information concernant l’offre proposée et l’émetteur. Son objectif est que chaque individu puisse comprendre les risques relatifs à l’offre en offrant un contenu exact, clair et non trompeur.
Des mesures prises afin de renforcer la confiance des investisseurs et encourager les startups à investir ce marché, tout en accompagnant le processus de créativité et de décentralisation, et non en le limitant.

Au regard de l’IoT, la blockchain permettrait d’effectuer un pas de géant vers l’autonomie des objets connectés et ce, en observant une plus grande sécurité :

  • Les données ne transiteraient par un cloud mais seraient directement transmises à la plateforme de service
  • Les points d’entrée de piratage seraient considérablement réduits
  • La dématérialisation de certains documents représenterait un gain temps
  • L’objet connecté pourrait effectuer des transactions en toute sécurité et transparence

Si la Blockchain est quasiment impossible à corrompre, son déploiement se montre encore timide, même si de plus en plus d’entreprises démontrent un intérêt croissant et admettent que les prochaines évolutions de l’IoT ne pourront compter sans elle.

Vente immobilière, acte notarial, assurance annulation transport… les démarches « administratives » qui polluent notre quotidien ne manquent pas si nous prenons le temps d’en dresser l’inventaire. La sécurité qu’apporte la blockchain ne pourrait-elle pas y remédier ?

Entraves techniques, paradoxe avec le RGPD, impact environnemental : le chemin est encore long jusqu’à l’utilisation et la systématisation de la Blockchain, bien qu’elle se révèle chaque jour un peu plus indispensable, tout secteur d’activité confondu, surtout avec le spectre d’une 5G où les données seront plus transmises et quasi immédiatement analysées.

Pour en savoir plus sur les challenges et les problématiques soulevés par l’Iot, nous vous invitons à télécharger le livre blanc Pentalog « IoT : challenges techniques et enjeux technologiques à grande échelle ».

 

 

Consultez aussi :

IoT, enjeux économiques et défis technologiques : le livre blanc Pentalog

IOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.