Facebook EmaiInACirclel
COVID-19

Pentalog réussit à croître de 9% au T2 et maintient sa rentabilité opérationnelle ! Quels enseignements tirons-nous ?

Frédéric Lasnier
Frédéric Lasnier
Chief Executive Officer

Dans le contexte présent cette performance est exceptionnelle. Car quoi que l’on dise, même dans un secteur épargné comme le nôtre, le choc a été rude.

La première chose que je me dois de faire, c’est de remercier les équipes de Pentalog pour leur comportement remarquable dans la période.

En tant que CEO, j’ai eu de mes équipes tout ce que je leur ai demandé :

  • J’ai voulu un sommet qualitatif dans cette période et je l’ai eu.
  • J’ai demandé de préserver la productivité en télé-travail… et elle a même légèrement augmenté.
  • J’ai demandé aux managers de préserver les équilibres financiers et ils ont réussi. Notre marge est intacte !

Je ne peux que saluer la force de notre collectif.

rentabilité opérationnelle

En échange, je pense que nous avons protégé au mieux nos coéquipiers. 100% en télé-travail une bonne dizaine de jours en moyenne avant les confinements européens. Les rares dont la mission se déroulait dans les locaux du client ont également été retirés, y compris en avance de phase. Personne n’a donc été touché du fait de l’activité de l’entreprise.

Dans le détail des chiffres, la performance s’établit de la façon suivante :

  • +20% de croissance annuelle au T1 servant de base élevée au T2.
  • Des réductions commerciales accordées aux secteurs les plus exposés. Nous avons, je crois, vraiment aidé plusieurs entreprises à traverser l’orage.
  • Quelques suspensions temporaires de contrats. Portant sur environ 5% de nos facturations.
  • Quelques nouvelles ventes ayant déjà entraîné facturation au cours du trimestre. Pour environ 2% du total.

A la loupe, c’est l’Allemagne et la France qui ont souffert le plus. L’Autriche, le UK et les US performent mieux. Mais aucune tendance n’est totalement probante.

Sur toutes les composantes de l’offre de la plateforme Pentalog, elles sont toutes en croissance : outsourcing-consulting tech, design-growth, freelance et même le recrutement. Les plus fortes tendances étant localisées sur le design de produit, le freelancing et l’outsourcing tech.
 

Pour le Q3, quels pourraient-être les drivers ?

Pour la suite, ce seront de plus en plus les ventes réalisées en fin de T1 et en cours de T2 qui amèneront des variations à notre profil de croissance, sachant que nous nous baserons sur un Q3 2019 déjà très haut.

Mais d’après nos leads, Pentalog devrait trouver ses nouveaux clients sur deux tendances :

  1. Ceux qui viennent nous voir pour les aider à accélérer leur innovation et être prêts pour le probable passage hivernal du virus. Ils accélèrent fort sur les nouvelles caractéristiques de leurs produits existants ou le design de solutions totalement nouvelles. Nous n’avons jamais travaillé aussi vite.
  2. Ceux qui voyant se profiler une longue phase économique à environ 10% sous le niveau de 2019, viennent chercher l’excellence, la capacité d’accélération et le coût de nos équipes nearshore et offshore.

Le groupe a donc des chances réelles de conserver une croissance organique au troisième trimestre, mais sans doute plus faible que les deux précédents, disons entre 5 et 10%.

 

Consultez également :

Pentalog fait 20% de croissance sur son premier trimestre… mais la suite ?

Secteur IT et Digital…. qui va survivre ? Comment survivre ?

Innovation technologique : ceux qui investissent aujourd’hui seront les leaders de demain


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *