Facebook EmaiInACirclel
Blockchain

Comprendre la technologie Blockchain

Aline Mirti

Business Developer SkillValue

De nombreux acteurs dans les domaines de la finance, banque, assurance, industrie… démarrent des projets Blockchain, recrutent des ingénieurs et créent des startups autour de cette technologie disruptive de base de données décentralisée communautaire. 

  • Comment démarrer un projet Blockchain ?
  • Quels profils recruter ?
  • Comment le financer ?

Pour répondre à ces questions, j’ai interviewé Aymen CHAKHARI, ingénieur de recherche et consultant en innovation de Pentalog. Aymen anime un webinaire sur la Blockchain, voir le replay du webinaire blockchain (en anglais).

technologie Blockchain

Sans mineur, pas de Blockchain !
Crédit Photo : Steve Jurvetson.
Fourmis en train de creuser un tunnel dans du gel, en microgravité. Expérience de la NASA.

En quoi la technologie Blockchain est une révolution ?

La technologie Blockchain est disruptive, parce qu’on passe d’un modèle centralisé à un modèle décentralisé économiquement. Pour chaque projet informatique Blockchain, la gestion de l’infrastructure du projet et la sécurité du projet ne sont plus assurées par une autorité centrale.

Concrètement, dans un projet Blockchain, ce n’est plus un data center qui fournit l’infrastructure. Il n’y a plus un SOC (security operation center) qui fournit la sécurité du projet. Et ce n’est plus une une banque qui va assurer le bon déroulement des transactions. Tout cela est assuré par ce qu’on appelle le consensus majoritaire, qui est la base de la Blockchain.

La technologie Blockchain est disruptive, du fait de cette décentralisation.

Elle change radicalement la façon et la manière dont on va

  • gérer un projet de développement
  • sécuriser le projet
  • assurer l’infrastructure du projet

En fait la technologie Blockchain, c’est vraiment une technologie de rupture. La Blockchain en terme de rupture, peut être comparée à la disruption apportée par le web. C’est une rupture technologique et économique. Il faut donc démarrer dès maintenant des projets et des startups autour de cette technologie pour garder un temps d’avance.

Comment démarrer un projet pilote Blockchain ?

Pour le démarrage d’un projet Blockchain, le facteur clé, c’est d’avoir une communauté. Un projet Blockchain, l’utilisation de la Blockchain sont basés sur la communauté des utilisateurs. Donc il faut constituer en premier lieu cette communauté qui va assurer la gestion du projet et le déroulement du projet Blockchain.

Prenons l’exemple d’une solution de ride sharing basée sur la Blockchain. Les utilisateurs de covoiturage s’organisent en communauté. Chaque utilisateur alloue une partie de ses ressources pour faire toutes les opérations nécessaires au mining dans la Blockchain. La communauté décide de la répartition de la crypto-monnaie et de l’évolution de la plateforme. Il n’y a plus de gestion centralisée.

De plus, la Blockchain, c’est de l’open source. Comme les outils qui sont nécessaires pour faire les opérations de validation de transactions au sein d’un projet Blockchain. Parce qu’un projet Blockchain, c’est basé sur les transactions. Tous ces outils-là sont open source.

Quels profils recruter pour un projet Blockchain ?

Pour démarrer un projet en terme d’exploitation, en terme de use case, il faut avoir une communauté pour assurer le déroulement du projet. De plus votre équipe doit comporter des compétences en cryptographie et en base de données. Pourquoi ? Parce que la Blockchain c’est une grande base de données.

Enfin, il y a des langages qui sont spécifiques au développement d’applications Blockchain, comme par exemple Solidity, c’est le langage le plus utilisé pour faire des applications Blockchain. Et du coup on a besoin des compétences de développeurs qui connaissent le langage Solidity et qui arrivent à déployer l’application ou le contrat sur une Blockchain réelle.

Comment sont construits les blocs de la Blockchain ?

Comme son nom l’indique, la Blockchain c’est une chaîne de blocs. Chaque bloc est construit selon le bloc précédent. Il peut comporter n’importe quel type d’information, pas forcément des transactions : ça peut être des fichiers audio, des signatures, des QR codes…. Du coup on peut ajouter un bloc dans la chaine de blocs seulement si la communauté valide ce bloc.

Cette validation se fait par un procédé cryptographique, par la résolution d’un algorithme cryptographique. Et cette opération là ça s’appelle le mining. Les gens qui valident cette opération là s’appellent des mineurs. Donc on a besoin d’avoir des mineurs pour pouvoir faire fonctionner le projet Blockchain. C’est pour ça qu’il faut avoir une communauté de mineurs, d’utilisateurs pour pouvoir valider le projet.

La communauté Blockchain existe en France et partout dans le monde. En fait la Blockchain c’est devenu un buzzword. Comme le big data, le machine learning. Son utilisation est un poil exagérée par les média en ce moment.

Dans quel cas la technologie Blockchain est-elle pertinente pour un projet IT ?

Pour faire fonctionner un projet Blockchain, il faut réunir 5 conditions.

1ère condition : vous devez avoir besoin d’une base de données partagée

2ème condition : il faut savoir si vous avez besoin de plusieurs auteurs de la base de données (multiple writers)

Si votre projet n’a pas de base de données partagée, et si vous n’avez pas plusieurs auteurs qui vont écrire sur la base de données, vous n’avez pas besoin de Blockchain.

3ème condition : l’absence de confiance

La Blockchain, c’est une technologie de base de données partagée avec plusieurs auteurs, qui ne se font pas confiance entre eux. Lorsqu’on a plusieurs auteurs, ils ne se connaissent pas, ils ne se font pas confiance.

4ème condition : chaque auteur a le droit de modifier la base

C’est une technologie de base de données partagée, avec plusieurs auteurs, qui ne se font pas confiance, et qui peuvent modifier directement la base de données. Il n’y a pas de gatekeeper central, on parle de désintermédiation.

5ème condition : interaction

Comme chaque utilisateur a le droit de partager la base de données, il faut avoir un consensus majoritaire pour valider cette modification. C’est la 5ème condition pour pouvoir dire que son projet a besoin d’utiliser la technologie Blockchain.

Aymen a détaillé ce sujet dans cet article : Avez-vous réellement un use case Blockchain

Quelle est la différence entre Blockchain et Bitcoin ?

Aujourd’hui il y a une confusion, car beaucoup de gens ne font pas la différence entre la technologie de la Blockchain et la monnaie cryptographique comme le Bitcoin.

C’est regrettable, parce que la Blockchain a été conçue pour aller bien au delà de la cryptomonnaie : développer des applications, des smart contracts, des organisations décentralisées intelligentes et autonomes. Aujourd’hui, avec Ethereum, qui constitue une infrastructure de développement logiciel basée sur la blockchain Ethereum, on a la notion de smart contract.

Donc on peut imaginer des milliers de cas d’utilisation, par exemple des systèmes de vote en ligne, un système de signature contre la fraude… il y a beaucoup de cas d’utilisation que l’on peut implémenter avec les smart contracts.

Comment financer un projet Blockchain ? Peut-il être éligible au CIR ou au CII ?

Les principaux coûts au démarrage sont liés à l’infrastructure. La Blockchain, c’est une révolution pour l’équipe qui démarre un projet informatique, parce qu’elle enlève tous ces coûts. Il n’y a plus de coût d’infrastructure, parce que l’infrastructure est assurée par les mineurs. Mais ça suppose d’avoir une communauté de mineurs.

Il y a deux types de projets Blockchain, certains éligibles au CII, d’autres au CIR.

Les projets qui exploitent une Blockchain existante sont éligibles au CII

Il y a les projets qui exploitent une Blockchain déjà existante pour faire des applications : c’est éligible au Crédit d’Impôt Innovation CII, parce que là il n’y a pas de recherche. Dans ces projets, il n’y a pas un dépassement de l’état de l’art académique ou il n’y a pas des fondements de recherche.

Par contre, il y a de l’innovation, parce que ce sont des projets innovants même si le cas d’utilisation existe déjà mais sur le modèle centralisé. Si on fait un projet similaire sur un modèle décentralisé, ça devient éligible au CII parce que c’est le même cas d’application, c’est le même projet mais le modèle technologique c’est pas le même.

Par exemple le système de covoiturage israelien LaZooz propose une approche innovante qui est basée sur la Blockchain. Il serait donc éligible au CII, mais pas au CIR, parce qu’il n’y a pas la partie recherche. Il n’y a que du développement et de l’implémentation.

Les projets qui font de la R&D sont éligibles au CIR

Prenez une équipe où les gens se disent : on a un projet Blockchain, on a imaginé un cas d’utilisation, par contre les Blockchain existantes comme Bitcoin, Ethereum et leurs procédés de validation des transactions comme le Proof of work et le Proof of stake ne répondent pas à nos exigences.

Alors, ce qu’ils vont faire, c’est une nouvelle approche de validation de transaction, par exemple. Ils vont imaginer un nouveau procédé cryptographique ou un algorithme de résolution cryptographique pour faire le mining ou le minting… et du coup là c’est vraiment de la R&D. Il y a des gens qui font des publications, qui déposent des brevets, parce qu’ils conçoivent de nouvelles méthodes de validation de transaction et ces projets là sont éligibles au CIR.

Retrouvez Aymen CHAKHARI sur son webinaire Blockchain ou contactez-le directement pour vos projets blockchain.

Contacter Aymen ChAKHARI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close