Facebook EmaiInACirclel
Externalisation IT

Télétravail (homeshore) ou offshore pour les activités de dev et de R&D ? Start up et PME font un choix de plus en plus clair.

Frédéric Lasnier
Frédéric Lasnier
Chief Executive Officer

Les clients et prospects que nous rencontrons montrent des réticences de plus en plus forte à l’égard des travaux de développement réalisés en télé-travail. C’est même une des raisons qui poussent de petites boîtes à recourir à l’offshore pour leur activité R&D. Outre le fait de trouver les ressources humaines enfin suffisantes, cela leur permet aussi de les regrouper sur un seul et même plateau, sous la direction d’un chef de projet. Beaucoup de ces sociétés souffrent en effet d’avoir un développeur dans le nord, un autre dans le sud, 2 dans l’Ouest et un au Chili. Pour beaucoup, passer à l’offshore, TRÈS PARADOXALEMENT, je le reconnais, c’est une chance de réunir les 3 conditions essentielles du théâtre antique applicables au processus de développement : l’unité de temps, l’unité de lieu et l’unité d’action. En offshore ou nearshore, hors le cas des vraiment très grandes équipes, il n’y a que deux sites de production au maximum : celui du client et celui du prestataire.

Jouer trop brutalement avec ces 3 règles, et sans préparation suffisante, c’est s’exposer à de terribles problèmes de productivité. Alors à l’heure du choix, ils sont nombreux à finalement préférer l’internationalisation raisonnée de la production, dans une logique de coûts unitaires plus faibles, dès lors que le projet dépasse les 3 ou 4 interlocuteurs. Si les télétravailleurs concurrents ne connaissent pas le sujet avant, il n’y a même plus aucun intérêt à envisager cette option dans le cadre d’un développement logiciel ou web. Les contraintes de synchro deviennent bien supérieures.

Le télé-travail, répond ainsi plus en plus mal à la problématique de montée en charge des start up et autres PME de croissance, ses cibles habituelles, du fait du manque de ressources disponibles et des difficultés d’organisation exponentielles, et alors qu’augmentent corolairement les tâches de communication et de management de projet.

Sans compensation par ailleurs sur les coûts de travail unitaires, la messe est dite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *