Facebook EmaiInACirclel
BUSINESS

Tous mes vœux pour une année 2019 très heureuse, très automatisée et très agile !

Frédéric Lasnier
Frédéric Lasnier
Chief Executive Officer

Comme chaque année je suis convaincu que les vœux sont un passage obligé, quelque chose de formel, très galvaudé par la facilité des formats digitaux.

Pourtant l’usage est là et je ne peux ignorer la bienveillance qui s’exprime en ce moment particulier. Mais je vais donc essayer de rendre l’exercice utile en partageant quelques-unes de mes réflexions sur la manière d’aborder 2019 pour les entreprises.

Personne ne sait ce que fut exactement 2018. Dernière année de croissance ? Dernière année avant la guerre tant qu’on y est ?! Année de guerres civiles sur fond d’inégalités croissantes ? Personne ne sait vraiment. La seule certitude que nous pouvons avoir c’est que les ennuis se rapprochent. L’incertitude, c’est que nous ne savons pas à quelle vitesse ni avec quelle gravité.

Finalement, nous vivons probablement le plus long cycle de croissance économique de l’histoire. 10 ans. Si la croissance se poursuit au-delà du T2 2019, ce sera même le plus long de tous les temps. En 2019 ou en 2020 au plus tard, il se terminera. C’est une certitude.

 

On plonge dans l’incertitude, les signes sont là

Partout dans le monde, les actifs cotés se sont effondrés. La moitié affiche même du moins 20%, signe que les stratèges allègent leurs positions et changent de paradigme. Les anticipations sont lisibles.

Les banques centrales n’ont plus aucunes munitions monétaires, on le sait aussi. Les taux remontent donc. Les taux courts sont même plus élevés aux US que les taux longs, et ce n’est pas banal dans l’histoire économique.

La guerre commerciale (les guerres ?) a presque toujours précédé les guerres tout court. C’est Ray Dalio, le fondateur de l’un des plus gros hedge funds du monde, Bridgewater qui vient nous le rappeler dans ses prédictions 2019. Ces 500 dernières années, une puissance émergente est venue contester la puissance dominante à 16 reprises. 12 fois cela s’est terminé par la guerre. Le conflit démarre toujours sur le terrain économique. Ainsi au début du XXè siècle, l’Allemagne a challengé 2 fois l’Empire britannique et la République impériale française. Puis le Japon avec les US. Maintenant la Chine et les US.

# Qui est assez fou pour assurer que nous avons retenu les leçons de l’histoire quand on voit à quelle vitesse les populistes arrivent au pouvoir un peu partout (sans aucun plan d’ailleurs, ni économique, ni diplomatique ou militaire) ?

# Qui ne voit pas que l’Europe ne fait que subir les attaques de ceux qui ont acquis la puissance digitale : USA, Chine et Russie ?

Les évènements du mois de décembre en France, suivis de quelques petits rebonds ici ou là, montrent que les inégalités (moins fortes en France qu’ailleurs), atteignent des sommets qu’il aurait mieux valu ne pas tester. Cela montre aussi que la pression fiscale a des limites et que tout cela provoque des protestations nouvelles, dangereuses pour la société et donc les entreprises. Tous ces risquent pourraient nous inciter à revoir nos ambitions !

 

La certitude : arrêtons de tenter de mesurer l’incertitude !

D’un autre côté, le fait de ne pas être encore rentrer dans le dur questionne. Pourquoi prendre le risque de ne pas prendre de risques ? Pourquoi ne pas en profiter encore, si ça veut bien marcher ? Finalement, il existe une solution. On appelait ça la flexibilité avant, maintenant on dit agilité, et me concernant, c’est le seul choix managérial qui me paraisse viable.

Faire des budgets, des objectifs, des BP à plus de 3 mois n’a pas de sens pour celui qui ne vend pas des réseaux d’eaux, de gaz, des airbus ou des tanks ! Comme nous ne savons pas de quoi sera fait l’avenir, nous devons élaborer des mécanismes sains et pérennes d’adaptation ultra rapide, capable de générer des performances et des risques exceptionnels en pilotant des indicateurs fiables et constants. Ou de ralentir très brutalement si les circonstances l’exigent.

C’est depuis toujours le choix de Pentalog, sauf que depuis près d’un an, nous nous sommes dotés d’un superbe dashboard lean, permettant au comité directeur de ne parler que sur la base de chiffres très précis, liés entre eux. Les leads web deviennent des conversations, qui deviennent des offres, qui deviennent des ventes. Qui deviennent des contrats. En parallèle les leads web de recrutement deviennent des conversations, qui deviennent des offres, qui deviennent des accords, qui deviennent des contrats. Tout est piloté et parallélisé.

Il manque aujourd’hui 40 personnes pour honorer les commandes fermes de Pentalog Software Factory, ce qui correspond à 5 personnes de moins qu’en début de l’année 2018, et que l’effectif a augmenté de 120 personnes. Le taux de non-couverture est donc passé de 5,6% à 4,3%, quand il est compris entre 10 et 15% chez la concurrence.

Pendant ce temps, le CA augmentait de 15% au niveau global. Et la productivité de chaque commercial gagnait près de 10 points en moyenne, grâce à l’automatisation des process marketing et commerciaux.

Ce sont des éléments clés et mesurés en continu qui nous permettent de payer de bons collaborateurs et aux clients de bénéficier des meilleurs tarifs.

 

Mes vœux pour 2019 : soyez agiles !

Si demain les conditions se dégradent à grande vitesse nous nous adapterons très vite : réduction (ou augmentation ?) des campagnes de vente, réduction des campagnes de recrutement. Nos vendeurs ne sont que 6 pour le monde entier. Il n’y a absolument pas de gras aujourd’hui, de même que nos recruteurs qui grâce à nos process et la tech recrutent… 4 fois plus par tête que les autres. Arrêtez de faire des budgets et de prévisions annuels. Pilotez en continu !

En 2019, nous aiderons nos clients qui en éprouveront le besoin à se lancer dans la transformation agile, indispensable à l’époque et au digital. Comment voulez-vous faire du digital si vous en êtes encore au waterfall pour les projets et en budgétaire pour la finance ?

Pour faire mieux que la concurrence, il faut aller plus vite qu’elle, et pour cela décider et adapter plus vite.

C’est donc pour être utile à votre entreprise que je vous souhaite une année très très agile, et très automatisée.

Et à vous personnellement, car rien n’existerait sans les hommes, même dans ces temps de plus en plus technologiques, je vous souhaite d’abord la santé la plus vigoureuse, et tout le bonheur du monde, ainsi qu’à tous ceux que vous aimez !

 

Suivez-moi sur ma page Facebook officielle ou Linkedin pour échanger en direct avec moi.

 

Consultez aussi :

Pentalog sort sun Ebit à 2 chiffres, une croissance organique à 2 chiffres

De la donnée fiable pour apprécier la performance agile, des programmeurs au CEO !

eBook : Tout savoir sur l’outsourcing IT !


Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.