Facebook EmaiInACirclel
Stratégie

Le père, le fils et le DSI

PentaGuy
PentaGuy
Blogger
pere-fils-dsi

l’IT est une religion surtout quand on voit le nombre de chapelles et les extrémistes qui vivent pour leur cause technologique !

Au travers de ce titre, on pourrait croire que je vais vous démontrer que l’IT est une religion (de surcroit lorsque je l’écris pendant le week-end de Pâques). Quand on voit le nombre de chapelles et les extrémistes qui vivent pour leur cause technologique, on pourrait facilement le croire. Mais non, ce n’est pas l’angle de mon propos.

Je voulais aborder ici les générations des systèmes d’information et la transmission, transition entre ces moments. Dans ces temps de transformation dans ce monde numérique, je revendique haut et fort que le système d’information est un levier incontournable pour que la team puisse répondre aux nouvelles exigences.

Des systèmes d’information se sont souvent construits par accoup, par vagues irrégulières d’investissement sans automatiquement les appuyer sur une vision alignée au business.

Avec l’accélération des demandes des clients, des collaborateurs et d’éventuels pivots, il faut que le système d’information puisse être une de ces adaptations où l’investissement régulier apporte ces valeurs tangibles.

L’état du système d’information représente l’héritage du père. Faut-il le détruire pour construire quelque chose de neuf et plus adapté ? Même pour une activité similaire à « hier », il faut l’adapter au regard des nouvelles technologies. Mais l’amélioration à la marge n’apporte que des gains …  à la marge.
Pour une nouvelle activité, vouloir faire les choses autrement impose un nouvel esprit, de nouvelles pratiques et aussi de nouveaux outils. L’investissement réfléchi dans le système d’information devient alors un facteur clé de réussite.

Que faut-il pour réussir ce changement de génération de la DSI ?

Un D(irecteur)SI au coeur du business : Comment orienter les équipes et leur faire comprendre les orientations si l’acteur clé de cette équipe n’est pas impliqué dans les décisions. Sans vouloir trop anticiper, c’est aussi la capacité pour la DSI de s’adapter à différents besoins.

Agilité du système d’information : Le système d’information en « pensée unique » sur la base de son ERP couvrant l’ensemble de l’activité a largement fait son temps. L’approche « best-of-breed » apporte plus de souplesse et n’impose pas le consensus quand l’on cherche un maximum de valeurs. Les APIs, les données libérées, la sécurité sont des leviers importants pour l’agilité du système d’information.

Gestion de la connaissance : « L’informatique » a longtemps été vue comme une affaire d’experts et un centre de coûts imposés. L’entretien de ce fossé ne permet pas de disposer d’une dynamique. Il faut que l’équipe puisse entretenir de la veille partagée. La boucle de connaissance devient alors vertueuse : J’acquiers une connaissance, je la partage, cela donne des perspectives de NewBiz, on m’interroge sur de la faisabilité, on expérimente, on évalue. Impossible sans cette économie de la connaissance.

Une D(irection)SI de combat : L’équipe est une source de toutes ces nouvelles valeurs. Elle doit croire et adhérer dans la vision, avoir la capacité d’adaptation et surtout ne pas s’attacher à l’héritage, frein aux changements. Sa composition n’est pas sans conséquence, son animation non plus.

Une volonté de monter les niveaux de maturité : La maturité peut se gagner avec le temps. De grandes entreprises avec le temps ont acquis un niveau de maturité dans la gestion de leurs processus, la maîtrise de leurs coûts. Si naturellement, on décompose les maturités en 5 niveaux. Il n’est pas nécessaire d’être au niveau 5 sur tous les domaines. Il n’y a pas l’illusion d’un graal à atteindre. Mais c’est important de savoir où l’on se situe sur : sa cybersécurité, sa gestion de données, sa capacité d’innovation, ses pratiques agiles … En travaillant à l’amélioration continue, les niveaux passeront naturellement et il n’y a rien de honteux à redescendre de niveaux. Il ne faut pas s’attacher à l’héritage.

Une capacité d’innovation frugale : L’innovation est un facteur important dans la « Nouvelle DSI ». Une DSI orientée vers une gestion stricte des coûts (maintenance de l’existant) n’a pas les moyens d’innover et de partager ses connaissances. Cette capacité est indispensable. Mais attention, je ne prône pas une approche sans gestion des coûts. Il faut arriver à innover par l’expérimentation. Ces cycles itératifs doivent permettre d’assurer la maîtrise de l’inconnu.

Evidemment, cette liste pourrait encore s’enrichir (KPI, agilité de la donnée, travail collaboratif, …). Mais les bases sont là et il est important d’agir vite. L’héritage du système d’information est souvent considéré comme un actif vu les montants investis. Mettez-les au coeur de l’activité pour décupler cet actif.

On n’y arrive pas seul ! Pentalog Institute accompagne ses clients dans leurs nouveaux enjeux. N’hésitez pas à me contacter afin que l’on puisse échanger sur vos problématiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.