Facebook EmaiInACirclel
COVID-19

Schéma d’analyse économique agile pour dompter le Covid-19

Frédéric Lasnier
Frédéric Lasnier
Chief Executive Officer

C’est donc la troisième version de ce schéma d’analyse économique que j’élabore.

Si je continue à le produire pour tous, c’est parce que je sais que les premières versions ont fonctionné.

Non seulement il y a eu un énorme plongeon, suivi d’une remontée économique intense, mais les mesures de gestion d’entreprises que nous avons proposées ont fonctionné dans notre propre cas.

En peu de mots, c’est une période dans laquelle nous avons observé successivement une diminution par 2 de nos leads commerciaux, puis une multiplication par 4. Au final, nous avons eu en juin 2 fois plus de leads qu’en janvier ou février sur nos services de freelancing par exemple et une bonne augmentation de 30% sur l’outsourcing. Le nombre de nouveaux clients par mois, malgré la période inédite est donc lui aussi en hausse, d’environ 20%. Ce sont en revanche de petits budgets. À l’exception d’un dossier autrichien, directement parti en mode millions.
 
Analyse économique pour dompter le Covid
 

Les mesures marketing que nous avons prises dans la phase 2 et maintenues dans la phase 3 continuent de rencontrer l’intérêt des acteurs qui reviennent sur le marché.

Nous vous conseillons donc de les maintenir. Tous les nouveaux clusters qui vont s’ouvrir tout l’été un peu partout avec le relâchement de l’attention constitueront des opportunités de parole et des points d’attention pour l’ouverture de conversations avec vos clients et partenaires pour préparer la période future :

  1. Aidez-les à se préparer à de nouveaux risques. Envisagez avec eux de nouvelles répartitions.
  2. Proposez les services que vous avez repensés et adaptés avec d’autres clients.
  3. Partagez les innovations sur lesquelles vous travaillez.
  4. Préparez vos fournitures. Sanitaires, bien sûr, mais achetez aussi du matériel informatique d’avance si vous en trouvez.

Il n’y a aucun cynisme là-dedans. Juste la volonté farouche d’aider votre organisation à survivre en aidant votre écosystème !
 

La grande peur va revenir d’ici à la fin de l’été (phase 4 – Déjà Vu) et personne ne va accepter de revivre le même choc.

La violence de la vague automne-hiver sera mieux anticipée et beaucoup d’entreprises vont probablement renoncer à revenir dans leurs bureaux à la rentrée. Les professionnels de l’ingénierie le refusent entre 75% et 90% selon les pays où nous avons fait des sondages. À Paris, certains loueurs de bureaux les transforment déjà en appartements. Tout cela a déjà commencé.

Bref, c’est par cette « non-rentrée » et plus précisément, ce non-retour sur les lieux de travail, que le télétravail va devenir une réalité définitive.

Des choses fantastiques en ressortent : beaucoup moins de CO2, beaucoup plus de temps productif pour les individus (peut-être de la formation à la place des temps de transport, du sport… ?), donc beaucoup moins de production de voitures, d’employés de stations-service, de chauffeurs de bus, de VTC… ce sont des millions d’emplois partout dans le monde qui vont s’envoler en fumée. Il va falloir y réfléchir vite.
 

Un hiver terrible – un Noël confiné, 100% e-commerce

Je ne crois pas à l’ouverture des grands magasins cette année. Tout se passera en ligne. Les métiers de créatif e-commerce sont en explosion en Chine et aux US. Le père Noël fait des photos avec vos enfants grâce aux apps… et vous recevez des bons d’achat !

Nous identifions énormément de nouvelles tendances en accompagnement. Et nous passons à l’ère du e-retailtainment !

Alors que cette épreuve sera sans doute sanglante, il vous faudra relativiser les mesures que vous prendrez, car une éclaircie durable viendra en fin de printemps et pourrait faire la jonction avec le vaccin. Doucement, entre été septentrional et vaccin, nous tenterons de claquer la porte à la gueule du Covid-19.
 

Et pourtant nous ne rattraperons pas le niveau économique de 2019. Ni en 2021, ni probablement en 2022.

Le virus s’estompera en vaguelettes, mais la croissance ne redémarrera que lentement et pourrait s’afficher à +7% dans le monde, peut-être 8% ou 9%, par rapport à 2020. Nous resterons donc loin du niveau de janvier 2019. Cette période permettra aux financiers de s’épanouir un bon moment, d’où le nom que j’ai donné à cette phase « Accountant’s creed », le crédo du comptable.

CA, profit, un bon vieux truc carré, du solide ! Et une respiration méritée. Globalement, cela sera une période où les audacieux du premier semestre 2020 récolteront les fruits de leur travail.

À la loupe, les investisseurs commenceront à revenir autour de fin 2021 et plus encore en 2022, avec dans l’idée que nombre des innovations mises au point dans cette période doivent en effet être industrialisées et devenir de véritables transformations des entreprises et du marché. C’est dans cette période 2022-2023 que nous verrons des dinosaures commencer à mourir par refus de l’évolution.

Je me refuse catégoriquement à envisager quoi que ce soit au-delà de 2023 à ce stade. Et pour de longs mois !
À suivre…

Notre batterie de mesures anti-Covid pour nos clients :

Nos webinaires anti-crise :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *