Facebook EmaiInACirclel
Méthodologies

Comment rater le déploiement des pratiques agiles en 5 points

Sebastian Lupu
Sebastian Lupu
Consultant Projet IT Industrie

Les Pratiques Agiles (Scrum, Kanban ou les deux) ont largement démontré l’apport de valeur aux projets et même aux organisations dans leur ensemble. Avantage ou inconvénient, le déploiement de pratiques agiles exige une forte implication de l’équipe pour atteindre cette auto-gestion durable. Pour ceux qui ne l’ont pas fait jusqu’à présent, voici quelques points importants à prendre en compte pour limiter les déceptions.

Directeur de projet

Véritable philosophie, l’Agilité requiert la pleine adhésion de toutes les équipes pour un déploiement efficace. Plus de maturité et d’auto-gestion, pour des résultats plus rapides.

Vrai ou faux : Les pratiques Agiles sont comme une gestion de projet ?

Faux. L’agilité s’inscrit au-delà du projet. C’est un état d’esprit qui doit être incarné par toutes les équipes.

La volonté de mettre égal à égal une pratique agile avec une gestion de projet classique entraîne une remise en cause des nouveaux rôles : Product Owner ayant la capacité de décider; Scrum Master en chien de berger pour protéger l’équipe des actions perturbantes sans avoir le droit de vie et de mort sur les membres de l’équipe; les autres membres de l’équipe prêts à s’investir totalement.

La volonté de s’orienter vers des pratiques agiles, c’est d’abord l’acceptation d’une nouvelle culture orientée vers une très forte implication, l’auto-gestion et le résultat.

Je connais quelqu’un qui a pu courir un marathon en changeant sa foulée mais devenir agile, c’est comme apprendre à marcher de nouveau.

 

Vrai ou faux : On a les moyens d’opérer seul la transformation ?

Faux. L’accompagnement par un coach agile interne ou externe permet de ne pas tomber dans les mêmes travers et de déployer la méthode agile efficacement.

Les règles des pratiques agiles n’étant pas nombreuses (ce qui les rend applicables), il est tentant de se lancer dans la transformation sans aide extérieure. Une démarche de transformation agile impactant la culture nécessite l’intervention d’un coach agile qui accompagne l’équipe dans sa transformation et les managers (habitués à la décision directe) dans leur transition.

Le déploiement devant se faire dans un contexte de transition, il est fortement conseillé de se faire accompagner pour mettre en évidence au plus vite les freins au changement.

Les moniteurs de ski n’arrêtent pas le répéter : il est plus facile pour quelqu’un d’apprendre à skier que de renoncer aux mauvaises habitudes.

 

Vrai ou faux : On limite le déploiement des pratiques agiles à la seule équipe concernée ?

Faux. Un projet n’est jamais mené par une seule équipe. C’est la verticale qui guide les équipes. Design, QA, marketing : un représentant de chaque expertise doit être présent avant le démarrage du projet. De facto, les pratiques agiles ne peuvent concerner qu’une seule équipe.

Les pratiques agiles ont occupé les flux d’information liés au développement logiciel et à l’informatique (IT) un peu plus largement. Ces pratiques agiles s’inspirent d’approches industrielles (Lean entre autres). Se contenter de déployer ces pratiques aux seules équipes IT engendrent des difficultés entre ceux qui sont en périphérie de l’équipe.

Le déploiement de ces pratiques sur une seule équipe devient alors une expérimentation avant un déploiement plus massif vers un schéma d’entreprise libérée. Si on considère cette approche comme une culture, on peut se demander pourquoi il y aurait plusieurs cultures dans l’entreprise.

 

Vrai ou faux : La systématisation de la cérémonie d’amélioration continue n’est pas importante ?

Faux. La systématisation des réunions empêche de se poser des questions. Des meetings réguliers permettent de ne pas perdre de vue le cap et d’ajuster les manœuvres pour être toujours plus efficient.

Les cérémonies connues des pratiques agiles sont :

  • Le poker planning (évaluation collective des opérations du sprint)
  • La démo (présentation de la valeur générée dans le sprint)
  • Le daily stand-up meeting (15 minutes max pour présenter les avancées, les tâches en production et les obstacles à franchir)

Mais au début, en cours de projet ou dans différentes étapes du cycle de création du produit, les exigences vis-à-vis de l’équipe ne sont pas les mêmes. Il ne faut pas oublier d’organiser régulièrement (tous les 1 ou 2 sprints) une séance d’amélioration continue. Il faut profiter de ce dispositif embarqué dans la pratique. Que devons-nous continuer ? Que devons-nous arrêter de faire ? Quelles sont les expérimentations à faire pour améliorer l’organisation / la production de l’équipe ?

Ce sont quelques questions que l’équipe se pose avec les informations qu’elle a (les retours) ou qu’elle constate. Dans cette cérémonie, l’équipe démontre sa capacité à s’auto-gérer dans son amélioration.

Seulement en s’améliorant en continu, l’équipe pourra passer de « good » à « great ».

 

Vrai ou faux : L’agilité permet de changer tout, tout le temps ?

Faux. C’est d’abord une question de discipline.

Les pratiques agiles ont été pensées pour assurer une production permanente de la Business Value. La perception de l’agilité permettant de pouvoir agir sur les priorités des tâches est fréquente mais l’agilité n’est pas une coquille pour protéger un manque de visibilité et une faiblesse d’organisation.

L’agilité, c’est d’abord de la discipline de la part de toutes les personnes impliquées.

Les pratiques réduisent les délais sur le tunnel Etude / Conception / Développement, mais il faut rester focus sur les objectifs pour produire les valeurs attendues. L’équipe doit donc avoir les moyens de « résister » aux perturbations extérieures limitant la production de nouvelles valeurs.

L’équipe doit avoir le cadre pour pivoter. Si elle le fait plusieurs fois de suite, non seulement elle peut finir par avoir le tournis, mais aussi se retrouver au même point de départ.

Par défaut et s’appuyant sur sa longue expérience, Pentalog déploie sur ses projets clients un cadre agile pour apporter le contexte le plus favorable à leur réussite. De leur côté, les coachs agiles de Pentalog appuient les clients dans leur migration vers ces pratiques.

Vous souhaitez adopter la méthode Agile mais vous ne savez par où commencer ? N’hésitez pas à nous contacter !

 

Note : l’article a d’abord été publié en septembre 2015 et a été mis à jour au regard des évolutions sur le sujet.

Consultez aussi :

La transformation digitale passe par l’agilité. 8 conseils pour se lancer.

Pratiques DevOps : être Agile sans DevOps ne sert à rien !

Méthodologie agile : 4 manières de configurer la réussite de votre projet

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *