Facebook EmaiInACirclel
Cloud – big data

Le cloud ne va-t-il pas fragiliser nos données ?

Pierre Peutin
Pierre Peutin
Marketing Automation, CRM & Data Specialist

Fervent défenseur du concept de cloud computing, je me suis interrogé sur la rétention des données des utilisateurs et sur leur devenir sur le long terme. Nous utilisons tous, parfois sans le savoir, des outils qui stockent des données dans le cloud (gmail, Google docs, photos, les outils de notre entreprise, etc) mais nous ne savons finalement pas exactement quelle pérennité il y a derrière ces stockages innovants.
De part sa philosophie, l’idée du cloud computing est avant tout de louer des espaces de stockage, de la puissance et des applications.Contrairement à une informatique standard, c’est-à-dire gérée en interne, l’espace de stockage et la puissance ne sont plus des contraintes sauf… leur prix. Et c’est là que la bas blesse.
Pour éviter d’avoir un budget trop important, les entreprises vont chercher à limiter l’espace de stockage des salariés, que ce soit sur leur boite mail où bien sur l’ensemble de leur espace de travail si l’on parle de DaaS (Desktop as a Service ou bureau virtuel). De ce fait, comme nous sommes par instinct (ou par habitude) assez conservateurs, nous allons déporter une partie des informations du cloud vers notre poste de travail physique où vers un autre périphérique de stockage qui lui, ne présentera probablement plus toutes les garanties de conservation (redondance, sauvegarde, etc.). De là, peut alors commencer la fragilisation des données car même si des solutions existent, même si des bonnes pratiques doivent être adoptées, il n’en reste pas moins que pour la majorité d’entre nous, tout cela sera bien vite oublié et que nous risquons de nous retrouver bien dépourvu le jour où notre support de stockage « externe » sera planté ou tout simplement volé !
Cela m’amène donc à constater que d’un coté, nos données sont très (parfois trop ?) protégées, et que de l’autre, simplement en raison de l’effet pervers du cloud, elles peuvent être très vulnérables. Alors, comment concilier faible espace de stockage pour le « cloud worker » et pérennité des données ?
Ne devrait-on pas proposer des services de stockage probablement moins performants et donc beaucoup moins couteux qui prennent le relai en cas de débordement des espaces de stockage autorisés sur les messageries cloud ou sur les DaaS ?

————————————————————————————————————————————————————————-

Pour en savoir plus, veuillez consulter l’offre des solutions Cloud Computing Pentalog.


2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.