Facebook EmaiInACirclel
Externalisation IT

ETEBAC c’est bientôt fini…

Pierre Peutin
Pierre Peutin
Marketing Automation, CRM & Data Specialist

J’ai assisté la semaine dernière à un petit déjeuner sur la migration des protocoles ETEBAC vers EBICS/SEPA des applications de telecommunication bancaire. Je pense qu’il est intéressant de partager ces informations afin que chacun, petites et moyennes entreprises puissent se préparer à la migration de leur système de communication avec leurs banques.

ETEBAC, c’est quoi ?

Je vais commencer par remettre les éléments dans leur contexte en rappelant en quoi consiste la norme interbancaire ETEBAC qui signifie Echanges TElématiques BAnque Clients, existe depuis 1991. Elle permet à une entreprise d’échanger des fichiers (extraits de comptes, virements, BOR, etc.) avec ses banques. J’insiste sur le pluriel du mot banque car cela n’a de sens que si l’entreprise travaille avec plusieurs banques d’une part, et d’autre part, si elle souhaite automatiser ses échanges avec celles-ci.

Il existe plusieurs versions d’ETEBAC :

  • ETEBAC3 qui est la version non sécurisée du protocole où le client est obligé de confirmé tous ses envois par fax auprès de sa banque
  • et ETEBAC5 qui est la version sécurisée du protocole fonctionnant avec des cartes à puces (fichiers chiffrés et émetteur authentifié).

Ce protocole fonctionne sur la base de fichiers plats de longueur fixe.

Pourquoi ca va changer ?

Le 1er juillet 2011, la maintenance et la commercialisation du réseau TRANSPAC cessera. Cela aura pour conséquence l’arrêt des protocoles bancaires fonctionnant sous X25 (ETEBAC 3, ETEBAC 5, etc). Ces protocoles devront alors migrer vers les réseaux internet.

Avec l’extinction du réseau TRANSPAC, les banques proposent désormais d’utiliser des autres standards qui sont :

  • EBICS pour Electronic Banking Internet Communication Standard.
  • SEPA pour Single Euro Payements Area.
  • SWIFT pour Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication.

Ces nouveaux protocoles fonctionne sur le réseau internet et utilisent le langage XML. Parmi les évolutions notables, je peux citer l’allongement de la zone libellé à 140 caractères contre 30 actuellement et l’abandon du RIB en faveur de l’IBAN qui a une dimension plus européenne.

Qu’est ce qui va changer ?

Concrètement, cela implique pour l’entreprise de vérifier son système d’informations afin de voir s’il sera compatible avec ces changements (modification des RIB en IBAN, compatibilité des logiciels utilisés, etc. ).  Si ce n’est pas le cas, il faut alors se rapprocher d’un prestataire qui fera un audit du SI et proposera la solution la plus adaptée.

Cette nouvelle norme apporte également une obligation de résultats des banques en matière de délais d’exécution (D +1 jour ouvré) et l’application de la facturation  des virements européens.

Cependant je pense qu’il faut être très attentif sur les offres qui sont proposées car pour l’heure, toutes les banques ne proposent pas le même protocole mais toutes proposent pourtant des solutions selon le protocole qu’elles ont choisies. Il faut donc être très vigilant sur la cohérence d’ensemble de son système d’information afin de n’utiliser qu’un seul protocole, ce qui est tout à fait possible.

Qui est concerné ?

Le choix de l’utilisation d’EBICS dépend du nombre de banques avec lesquelles une entreprise est en relation. Disons que si l’entreprise ne travaille qu’avec une seule banque, il n’est pas intéressant de mettre en place une solution de ce type; une simple solution EDI via le site web de la banque sera suffisante.

Dans le cas ou l’entreprise travaille avec plusieurs banques et qu’elle souhaite automatiser les échanges alors elle doit se diriger vers le protocole EBICS.

Pour le reste, dans le cas de très grandes entreprises ou pour des sociétés qui effectuent beaucoup de transactions quotidiennes, il est peut être plus intéressant de se rapprocher du protocole SWIFT.

Les entreprises doivent aborder ces sujet dès maintenant afin d’être prêtes au moment de la bascule le 1er juillet 2011.


2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.