Facebook EmaiInACirclel
Freelances IT

Retour d’expérience client : « un freelance IT se montre toujours très impliqué et dédié à 100% au projet. »

Alexandre Vallin
Alexandre Vallin
General Manager Pentalog Freelances

Cheffe de projet pour le programme J’apprends l’Énergie, dispositif pédagogique proposé par ENGIE, Manon Gélibert ne pouvait pas mieux résumer la situation de ses pairs : « Nous avons de plus en plus de projets, et de moins en moins de temps. »

Pour y remédier, elle choisit de faire appel à Vincent, freelance IT, pour aider son équipe à respecter les délais de livraison et à intégrer les nouvelles demandes à la plateforme en temps réel.

Entamée il y a 2 ans, la collaboration suit son cours et se révèle être bien plus riche que prévue et ce, malgré la distance. De l’avis de Manon Gélibert, leur travail se caractérise par «l’échange et la bonne intelligence du développement. »

retour experience client freelancing - tableau de bord

À destination des enseignants, le site J’apprends l’Énergie propose des ressources digitales gratuites pour sensibiliser les élèves et le public aux enjeux et aux opportunités de l’énergie.

Il héberge également une plateforme qui met en relation enseignants et experts bénévoles pour des interventions en classe. De nombreuses fonctionnalités sont proposées afin de faciliter l’organisation, comme la localisation des bénévoles, le suivi des demandes d’intervention, les commandes de matériels ou encore la mise à disposition des présentations.

Lorsque Manon Gélibert arrive sur le projet en 2019, la plateforme est loin de satisfaire les besoins de ses utilisateurs et la façon dont elle a été développée ne répond plus aux nouveaux choix technologiques.

À l’instar de ses pairs chefs de projet, Manon Gélibert constate que les projets se multiplient et les équipes de développement sont sur plusieurs fronts, tandis que les délais sont toujours plus courts.

Pour respecter les délais de livraison et intégrer en temps réel les retours des utilisateurs, elle choisit de collaborer pour la première fois avec un développeur en freelance.

 

Si comme Manon Gélibert vous souhaitez renforcer vos équipes, discutons-en.

 

« Très vite, j’ai reçu des profils, puis nous avons enchaîné sur les entretiens. »

Manon Gélibert prend en main le recrutement du freelance IT qui rejoindra l’équipe de développement du programme.

Rapidement, ses recherches se concentrent sur Pentalog et son service de freelancing. « J’ai regardé les profils proposés et bien sûr les avis », nous raconte-elle, avant de poursuivre : « Ce que j’ai lu m’a rassuré, alors j’ai rempli un formulaire de contact et très vite , j’ai été rappelée par un conseiller Pentalog. Nous avons échangé sur le projet et le profil recherché, tout s’est très bien passé.»

Le rythme est donné et la sélection des candidats suit le pas, comme nous le détaille Manon Gélibert : « Ce que j’ai apprécié, c’est la réactivité des équipes de Pentalog. Peu de temps après notre discussion, j’ai reçu plusieurs profils, puis nous avons enchaîné sur les entretiens. Nous n’avons pas perdu de temps. »

« Vincent est un excellent freelance, il développe des choses qui ont du sens. »

Pour l’aider à mener à bien son projet, Manon Gélibert souhaitait travailler avec un développeur PHP et Laravel senior en freelance, avec idéalement une expérience du métier de Product Owner.

Les compétences collaboratives sont tout aussi importantes pour les équipes en charge du programme J’apprends l’Énergie. Le sens du relationnel et la proactivité figuraient en haut de la liste des critères. Retenir Vincent a été une évidence pour Manon Gélibert : « Nous avons choisi Vincent car lors de l’entretien, il a su nous expliquer sa méthode de développement, la technique appliquée. La façon dont il s’est présenté et dont il a parlé de son expérience métier a également été décisive. »

Très vite, Manon Gélibert constate que Vincent se révèle être un atout extrêmement précieux. Preuve de ses compétences techniques et relationnelles, l’équipe IT interne d’ENGIE le sollicite régulièrement pour des conseils.

« Grâce à son expérience du métier, Vincent développe des choses qui ont du sens. Il ne le fait pas parce qu’on le lui a demandé, mais parce qu’il y a eu une vraie réflexion en amont », détaille Manon Gélibert.

Elle poursuit : « Vincent fait preuve de proactivité pour mettre en place des bonnes pratiques. S’il pense qu’il y a une incohérence dans le code, qu’un élément pourrait interférer ou qu’une meilleure méthode pourrait être appliquée, il n’hésite pas à nous le dire. Nous sommes vraiment dans l’échange et la bonne intelligence du développement. »

« Travailler à distance nous a permis de gagner du temps. »

Avec une collaboration démarrée en avril 2020, soit durant le premier confinement, Vincent et Manon Gélibert n’ont pas eu d’autre choix que de travailler ensemble mais à distance.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela n’a pas été un frein, mais bien un accélérateur pour le projet.

« Même s’il n’y avait pas eu le confinement, organiser un onboarding en présentiel aurait été très compliqué.

Vincent n’habite pas en région parisienne, donc le faire se déplacer aurait impliqué davantage de contraintes. De plus, si l’on souhaite recruter un développeur en interne, il faut être prêt à lui consacrer du temps. Et puis, être en présentiel demande aussi une certaine logistique pour organiser les bureaux.

Concernant Vincent, nous avons tout de suite vu qu’il avait l’habitude de ce mode de collaboration car nous l’avons très vite senti à l’aise dès les premiers échanges. De plus, il connaissait déjà les outils et très vite, il s’est montré autonome. Ne pas avoir besoin d’être derrière la personne en permanence représente un énorme gain de temps. »

Pour Manon Gélibert, la recette pour une collaboration à distance réussie tiendrait à seulement 2 ingrédients : la communication et la visibilité sur le projet. Elle détaille : « Nous avons des réunions régulières avec Vincent, et il dispose de tous les accès à la plateforme gérée par ENGIE. De plus, un point hebdomadaire se tient avec l’équipe IT ENGIE et Vincent est toujours le bienvenu s’il souhaite y participer et se tenir informé des évolutions de notre côté.

Le fait de lui faire confiance a également beaucoup joué dans la réussite du projet. Certes, il n’est pas possible de contrôler s’il travaille tous les jours mais, comme toute personne en télétravail, le fait de rendre le développement à temps est tout ce qui nous importe. »

retour experience client freelancing - tableau de bord

Aperçu de la plateforme J’apprends l’Énergie pour gérer les demandes d’intervention des bénévoles.

« Je ne pense pas qu’internaliser la ressource soit gage de collaboration pérenne. »

Manon Gélibert est convaincue que le CDI pour le programme J’apprends l’Énergie n’est pas gage de relation pérenne, contrairement au freelancing, car l’évolution du programme ne permet pas actuellement d’anticiper dans la durée un volume de travail et de pérenniser un poste. Elle s’appuie une nouvelle fois sur sa collaboration avec Vincent pour étayer son propos : « De plus, il arrive un moment où le salarié en CDI veut changer de poste, évoluer en interne. Nous avons subi déjà beaucoup de turn-over dans les équipes internes de développement.

Or, lorsque l’on travaille avec un freelance, il choisit lui-même son projet et s’y consacre à 100%. Et s’il prend d’autres missions complémentaires entre les différentes phases de commande, le fait qu’il reste témoigne de son implication et de sa motivation. Parmi tous les développeurs de l’équipe, Vincent est finalement celui qui est resté le plus longtemps sur le projet. »

« Le freelancing a répondu à notre besoin de flexibilité. »

Le freelancing et l’organisation millimétrée d’un grand groupe comme ENGIE peuvent-ils être compatibles ?

Marion Gélibert s’est posé la question : « Je pense que ce qui peut effrayer le plus les entreprises au moment de travailler avec un freelance, c’est que celui-ci puisse ne pas adhérer à la culture de l’entreprise, à ses règles de fonctionnement qui peuvent ne pas convenir à tout le monde. De plus, la mission repose sur les épaules d’une seule et même personne… quid si celle-ci ne peut délivrer ?»

Dès le premier entretien, l’accent est mis sur la communication et la transparence. Ainsi, entreprise et freelance sont pleinement conscients de l’aventure dans laquelle ils s’engagent. « Dès le premier entretien, nous avons expliqué le dispositif et les contraintes liées au groupe. Par la suite, des points réguliers sont organisés pour nous assurer que tout est clair », précise Manon Gélibert.

La cheffe de projet constate également la flexibilité du freelance IT au quotidien. Dédié à un seul projet sur le temps de la mission, Vincent est en mesure d’intégrer sans délais une nouvelle modification dès qu’un utilisateur fait un retour. « Avoir recours à un freelance nous a permis de respecter les délais, développer dans un temps plus court et donner une dynamique au projet en répondant aux besoins des utilisateurs en temps réel », déclare Manon Gélibert.

temoignage client - japprends lenergie -tableau de bord

Aperçu de la plateforme J’apprends l’Énergie pour le suivi en temps réel des demandes d’intervention

« Nous pensions avoir 50 bénévoles inscrits sur la plateforme. Nous en sommes à 300. »

L’équipe de J’apprends l’Énergie, soutenue par Vincent, a développé une plateforme dédiée aux bénévoles ENGIE pour faciliter leurs interventions en classe.

Mais comment les encourager à faire le premier pas, à savoir s’inscrire sur la plateforme pour découvrir la richesse des fonctionnalités ?

Finalement, l’inscription n’a pas été un frein et très vite, les retours positifs concernant la plateforme ont été partagés. Mission accomplie pour l’équipe de développement de J’apprends l’Énergie, pour qui la satisfaction des utilisateurs était le premier indicateur de performance.

« En nous basant sur l’activité moyenne, nous pensions avoir 50 bénévoles inscrits sur la plateforme. Nous en comptons 300 à ce jour. » conclut Manon Gélibert. Suite à sa refonte, le site J’apprends l’Énergie compte en 2021 +95 000 utilisateurs en plus, 200 000 articles consultés, 6 000 participants au quiz et 450 demandes spécifiques.

La collaboration entre Vincent et ENGIE a récemment pris un nouveau virage puisqu’ils travaillent ensemble pour que le dispositif J’apprends l’Énergie soit affiché dans le Gestionnaire d’Accès aux Ressources (GAR), solution technique portée par le ministère de l’Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports qui permet aux enseignants, personnels et élèves d’accéder à des ressources numériques tout en garantissant la protection des données. « Une évidence » que de collaborer ensemble sur cette nouvelle mission, tant la confiance et le respect se sont installés entre les équipes.

 

À l’instar du dispositif J’apprends l’Énergie, réduisez vos délais de développement en faisant appel à un freelance tech.

 

Lire également :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.