Facebook EmaiInACirclel
Stratégie

Dans la croissance, gardez le cap !

PentaGuy
PentaGuy
Blogger

Dans le cycle de vie d’une entreprise (ou d’une équipe) se succède un ensemble de paliers où la vitesse de progression dépend du contexte. Des entreprises sont passées des membres fondateurs à plusieurs dizaines (ou centaines) de collaborateurs en quelques mois/années. Ils pouvaient être très agiles au départ et arriver à une organisation sclérosée par le manque d’agilité.

Comment passer ces paliers tout en restant agile ? Il n’y a pas de solutions miracles à appliquer car les entreprises sont influencées par leur activité, ses collaborateurs/clients et sa culture. Voici quelques points de repère pour garder le cap de l’agilité dans un cycle de croissance (voire d’hypercroissance).

La voie royale

Dans son TEDx de Rennes 2014, Idriss Aberkane présente son concept du LoveCanDo où dans un repère orthonormé, il décrit :

  • « Au-dessus de la mêlée » : Max de Love & Max de CanDo (savoir faire)
  • « Silicon Garage » : Max de Love & Mini de CanDo
  • « Entrant forcé » : Mini de Love & Mini de CanDo
  • « Suiveur » : Mini de Love & Max de CanDo

J’ai décrit plus précisément cette approche dans cet article.

Je reprends cette approche pour expliquer que dans la croissance, il faut se maintenir sur la voie royale en restant au maximum du Love tout en travaillant la progression du CanDo. Mais comment arrive-t-on à cela ?

L’agilité comme cap majeur

La volonté de garder l’agilité de l’entreprise doit être viscérale. C’est une discipline culturelle importante. Il est facile de prendre des raccourcis qui vont réduire l’agilité quand l’on perd ce point de repère.

Tout le monde doit être conscient de cette exigence d’excellence. Le manifeste agile doit être compris et appliqué par tous.

Quelques pièges : Augmenter la profondeur de l’organigramme, Augmenter le formalisme de manière excessive, …

La croissance frugale

Avec la croissance, les moyens augmentent implicitement. Là où le DIY (Do It Yourself) était de mise, les pratiques vont changer avec plus de moyens. Il faut toujours garder à l’esprit que les investissements et achats doivent être un levier vers plus de valeurs, plus de croissance. L’esprit DIY doit continuer sur les opérations fédératrices. La profusion tue la créativité, de nombreuses sociétés l’ont démontré.

La confiance

Le passage d’une petite équipe à une organisation plus structurée ne doit pas se faire au détriment de la confiance. Quand on connaît tous les collaborateurs, que le temps a permis de construire un fort niveau de confiance, la tendance est forte de vouloir garder le contrôle lors de la croissance. Cela entraine la mise en place de processus précis réduisant par défaut le niveau de confiance ainsi que la capacité d’initiative.
La mise en place de processus ne doit pas réduire les capacités des personnes impliquées.
Le maintien de la confiance dans la culture est une exigence forte.

Les nouvelles ressources

Avec la croissance, il est tentant d’intégrer des ressources avec de l’expérience pour s’assurer que les nouveaux paliers seront atteints plus facilement. Mais ces nouvelles ressources sont-elles alignées avec la culture d’entreprise ? Leurs expériences passées ne vont-elles pas freiner l’entreprise dans les voies de l’impossible ? Il n’y a pas de règles dans ce domaine mais il faut assurer une évaluation de l’alignement avec la culture d’entreprise en amont et assurer une intégration solide dans cette culture d’entreprise.

L’accompagnement

L’augmentation du spectre des opérations entraine une difficulté d’analyse simple. Se faire accompagner pour continuer l’innovation, pour assurer la transformation, pour maintenir de bonnes pratiques adaptées. La veille sur les bonnes pratiques peut être faite en interne, mais à partir du moment où l’on a besoin de progresser vite, il faut pouvoir bénéficier des expériences de tiers. Cet apport extérieur a de l’intérêt quand ces missions ponctuelles ont une continuité dans le temps. Cela évite de repartir à Zéro à chaque nouvelle étape.

Si la valeur de l’agilité est reconnue, pourquoi ne le serait-elle pas à toutes les phases du cycle de vie de l’entreprise ? On voit des cas d’entreprises qui perdent leur agilité sur l’autel de la croissance, de l’accélération sous prétexte de ces nouvelles étapes. Non, double non, il faut maintenir l’agilité dans la culture de l’entreprise. Elle restera un levier extraordinaire pour continuer la croissance, faire face à des difficultés, la mise en oeuvre de pivot, l’ajout de nouvelles activités et encore de nombreuses bonnes raisons.

Dans votre accélération, gardez le cap de l’agilité.

Pentalog accompagne ses clients à mettre en place, à accélérer ou à maintenir les pratiques agiles.


Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.