Facebook EmaiInACirclel
Stratégie

Château des hauts, mission accomplie !

Frédéric Lasnier
Frédéric Lasnier
Chief Executive Officer

 

Ça y est, j’ai signé le plus gros chèque de ma vie (on ne fait plus de chèque d’ailleurs) , ce jour, pour l’acquisition du Château de Hauts, à la Chapelle Saint Mesmin, à côté d’Orléans, qui deviendra, courant du premier semestre 2014, après un an de travaux, le siège de Pentalog.

Cette opération est pleine de sens et je sais que nous sommes nombreux à l’avoir beaucoup attendu. Cette signature a pris le temps certes, mais après tout, ce petit château existe depuis environ 300 ans dans sa forme actuelle, ces tourelles ont probablement près de 500 ans… alors qu’est-ce qu’un an d’attente ?

Je suis heureux pour les fondateurs orléanais, le groupe des 5, ou des 6, qui ont lancé ce projet fou qu’est devenu Pentalog, il y maintenant 20 ans. Nous n’avons jamais eu l’intention de faire un coup. Nous n’avons pas créé une entreprise en pensant à sa valeur de revente. Nous voulions écrire notre petite histoire à nous et finalement nous avons tracé des cartes, rencontré des milliers de personnes, soutenu près de 10 autres entreprises, créé des filiales, recruté près de 1000 personnes, dont plus de 700 sont avec nous aujourd’hui. Une entreprise, ce n’est pas une histoire, ce n’est même pas une aventure, c’est une épopée, des drames et des comédies, des dizaines d’histoires d’amour, je ne sais même pas combien de mariages et d’enfants… Il nous fallait notre unité de lieu, ce sera le Château des Hauts, pour tous les pentaloguiens d’aujourd’hui et de demain

Je vais souvent le répéter je le sais, ne m’en veuillez pas trop, mais les jaloux sont trop nombreux de par ce monde, surtout dès qu’il est un peu question de rêve. Le Château des Hauts, une fois restauré, ne coûtera pas plus de 3000€/m2 habitable à Pentalog, soit moins de la moitié de ce que coûte un appartement parisien dans un quartier secondaire, plutôt moins que ce que cela nous aurait coûté à Bucarest ou Hanoi, beaucoup moins qu’un siège à Londres, à Tokyo ou à New York

Nous avons bien sûr plein d’idées sur ce que nous ferons professionnellement de ce lieu différent des autres (lieu de stratégie, de prestige, d’échange et de réflexion), mais nous sommes aussi heureux de démarrer la mission de conservation du patrimoine qui accompagne nécessairement une telle acquisition. Nous avons bien conscience que nous n’en serons que les dépositaires et non les propriétaires et que nous devrons le transmettre dans le meilleur état à nos successeurs dans cette mission.

Les pentaloguiens d’Orléans se demandent déjà ce que cela changera pour eux. Organiserons-nous des réunions dans le jardin, voire des spectacles ? Pourront-ils y cultiver un jardin potager pour les alimenter en vitamines s’ils en ont le courage 🙂 ? Je n’en sais vraiment rien. Maintenant que nous allons enfin avoir notre première maison à nous, nous allons pouvoir nous demander ce que nous voulons en faire vraiment. Plus que jamais nous sommes impatients. C’est une nouvelle bien longue année qui commence aujourd’hui.

 

Articles au même sujet :
Lire plus sur Frédéric Lasnier et sur le business model de Pentalog,
Pentalog annonce son nouveau siège.
Nouveau siège de la SSII Pentalog, qui, contrairement aux apparences, ne nous coûtera pas trop cher.


4 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.