Facebook EmaiInACirclel
Stratégie

Data Visualisation et Cybersécurité : mieux voir les données pour naviguer dans la “Zone Grise”

Ciprian-Bogdan Atomei
Ciprian-Bogdan Atomei
Ingénieur en Opérations de Sécurité

Dans ce monde tourmenté, caractérisé par une pandémie qui dure et des menaces surgissant de toutes parts, la visualisation des données est devenue un facteur essentiel pour les équipes de sécurité. Pourquoi ? Parce qu’il faut désormais naviguer dans une « zone grise », obscure, constituée en même temps des données utilisateurs et des données suspectes, dans des ensembles de données en constante expansion.

La sécurité numérique est devenue plus opaque.

Dans cette « zone grise », on ne se contente pas des conclusions, nécessaires mais insuffisantes, fournies par un Antivirus. Une activité malveillante est principalement définie par un comportement ou une anomalie qui rendent cette activité « hors du commun ». Mais parfois les fichiers perçus comme propres peuvent être utilisés à des fins nocives, tout comme les fichiers marqués comme malveillants peuvent en réalité être légitimes et inoffensifs. L’objectif est donc de déterminer la portée et la nature d’une activité en visualisant et en inspectant des blocs détaillés de données et d’activités enregistrées.

Les avantages de la visibilité des données en temps réel.

La visualisation des données en temps réel, comme son nom l’indique, permet aux équipes de sécurité de comprendre ce qui se passe au moment où cela se passe, et réduit mécaniquement le temps nécessaire pour corriger les problèmes. La pratique a montré que la réaction doit être aussi rapide que possible. Cela semble évident, mais dans la réalité ce n’est pas si simple, notamment parce que les attaques deviennent de plus en plus sournoises.

Sécurité et conformité dans le même bateau.

Les attaques informatiques deviennent chaque année plus sophistiquées, boostées par le travail à distance qui ajoute des failles et des défis nouveaux. Avec la pandémie, la plupart des entreprises autorisent les employés à utiliser leurs appareils professionnels pour leurs besoins personnels ; au risque que les actifs de l’entreprise soient visés de manière néfaste. Violations de sécurité, problèmes de conformité, contraintes juridiques : de nouvelles zones de complexité apparaissent.

La clé se trouve chez tous les collaborateurs de l’entreprise.

En effet, il ne s’agit pas seulement d’une question technique. Pour obtenir une visibilité des données de manière significative, les entreprises doivent repenser la manière dont elles créent des relations de confiance entre les utilisateurs et l’équipe de sécurité.

Chacun doit convenir, par exemple, sans crier à la censure, que certaines pratiques doivent être logiquement interdites, comme les torrents, les logiciels piratés ou l’installation de jeux. Le bon sens est aussi facteur de succès mais il faut l’expliquer.

Au-delà de ces exemples évidents, les collaborateurs doivent comprendre que la sécurité n’est pas un obstacle à la productivité ; tout comme les ingénieurs en sécurité doivent comprendre les préoccupations légitimes des utilisateurs sur ces sujets délicats. Car au fond, la sécurité consiste à protéger les actifs et les intérêts de l’entreprise ; tout le monde devrait en avoir conscience.

Chaque entreprise doit mesurer son risque.

En fin de compte, la cybersécurité est un effort de l’ensemble de l’entreprise visant à prévenir les pertes financières, à empêcher les mauvaises performances de l’infrastructure et à éviter de créer une image négative liée à des formes nouvelles de cybernégligence.

Les gestionnaires de risques doivent aider à définir les risques acceptables et ceux qui ne le sont pas. En fin de compte, chaque entreprise doit décider de ce qui mérite d’être protégé et de la valeur de cette protection.

Décision qui sera facilitée par une Data Visualisation de qualité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.