Facebook EmaiInACirclel
Stratégie

Atteinte des objectifs et dépression post-coïtale chez l’entrepreneur mâle

Frédéric Lasnier
Frédéric Lasnier
Chief Executive Officer

En 2015, Pentalog a presque atteint des objectifs que nous avions pourtant fixés hauts. Notre croissance organique a dépassé à nouveau les 20% du Q2 au Q4, mais surtout l’accomplissement de notre stratégie d’investissement a convergé avec notre modèle de production de services de technologie pour les startups. En conséquence la plateforme Pentalog a atteint des niveaux record de marge, probablement autour de 2,5 fois les performances de notre secteur.

objectifs-atteints-

2016 a démarré sur les chapeaux de roues, sous deux influences : la recherche par les startups d’une plus grande efficacité économique pour les fonds qu’elles lèvent et la demande de digitalisation et de startupisation des grands groupes. Nous nous attendons à une performance de croissance annuelle comprise entre 15 et 25%

Ce que je retiens personnellement de l’année dernière et de l’année en cours, c’est que les chiffres légitimisent notre stratégie :

1. Travailler avec les startups ouvre des opportunités de création de valeur qui n’existent pas avec les Fortune 500.

2. Les startups sont tout à fait solvables et très honnêtes. Enracinées dans une culture entrepreneuriale toute fraiche, la valeur de l’engagement et de la prise de responsabilité personnelle est bien plus grande que dans les Fortune 500 où les cadres n’ont aucune gêne à se désavouer d’un jour à l’autre.

3. Nous sommes les leaders européens des services technologiques aux startups. Et ça, c’était la mère de toutes les causes.

C’est ce troisième point qui nécessairement me torture. Un objectif atteint pour les entrepreneurs, c’est comme la petite mort sartrienne après l’orgasme. What’s next?

J’ai décidé de partager cette réflexion et de prototyper un nouvel objectif : passer du statut de numéro 1 du support techno au statut de numéro 1 européen de l’Economie des startups, où à défaut de leur accélération. Rappelons que nous avons environ 300 startups clientes dans un cycle moyen de 3 ans (dont 24 dans lesquelles nous avons investi). C’est déjà 2 fois plus que Rocket dans un genre certes différent, et je ne veux pas nous comparer aux incubateurs, lesquels ne fournissent et ne travaillent que sur des postes budgétaires minimes de la startup. Je nous propose donc d’évoluer et d’intensifier notre action dans 3 dimensions :

1. Poursuivre dans la technologie et offrir à toutes les startups qui le désirent, en mode Global Nearshore et Follow the Sun, la trilogie Full Stack, Devops, Mobile.

2. Poursuivre et développer nos offres de Services For Equity (techno et marketing), qui consistent à échanger nos services contre du capital.

3. Intensifier, démultiplier, faire croître, faire exploser, dynamiter… nos services marketing car c’est ce dont les startups ont le plus besoin. Une vraie offre mondialisée est totalement inexistante, ni en Europe ni aux US, pour les startups. Donc elles tâtonnent, elles bricolent et au final bien peu réalisent des chiffres de croissance très élevés… quant à parler de leur internationalisation, elle reste tout simplement comme une ligne inaccomplie de leur BP.

C’est ce dernier point qui va nous demander le plus d’efforts. Comment en effet travailler sur la définition d’une offre digitale mondiale pour la startup ? Et by the way, qu’en est-il du grand groupe qui se digitalise ? Qui va-t-il voir ? La grande agence qui n’a pas le droit de parler de Growth Hacking pour de vagues raisons de compliancy et de conservatisme, où la petite agence locale qui n’a pas la moindre implantation et source de pensée digitale américaine, la seule qui puisse tendre à l’universalisme ?

Pour des raisons universelles donc, de même que pour des raisons qui nous sont propres (l’espace francophone), le pas à accomplir en marketing, si réellement nous confirmons cette intention de couvrir par nos services tous les besoins servant la croissance de la startup, de même que celui de toute entreprise visant à devenir digitale et mondiale, s’avérera ambitieux. N’y allons pas par quatre chemins, acheter une entreprise de communication digitale européenne (sauf peut-être anglaise) serait insuffisant pour marquer le coup dans l’esprit de nos clients. Il nous faut penser US sur la construction d’une couche agence… ou ne rien faire. La connaissance du marketing des apps et du mobile au sens large reste très faible chez les prestataires européens. Les agences capables de construire des vraies stratégies d’acquisition digitale, pour autre chose que de la Danette, se comptent sur les doigts d’une main. D’où le ridicule nombre de licornes en Europe d’ailleurs. Le nombre d’agences capables de rendre une marque digitale, c’est-à-dire de faire de la marque elle-même un lieu de dialogue, une plateforme de service VIP et un média aux centaines de milliers d’affiliés est bien trop faible pur que les discours des bavards que nous sommes tous aient la moindre chance de déboucher sur quoi que ce soit. Plus je voyage plus je me dis que le marketing, ça n’existe pas en dehors des US.

That could be my fight. Inutile pour moi de poursuivre ce papier, je sens déjà ma tension intra crânienne monter vers des niveaux ischémiques inespérés.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.