Facebook EmaiInACirclel
Développement front-end, back-end

Scrum Day 2011 3/5

PentaGuy
PentaGuy
Blogger

Le 31 mars dernier, j’ai participé à la session ScrumShore animé par Laurent Sarrazin. Il a présenté son expérience « ScrumShore » sur la mise en place de Scrum dans une société offshore captive en Inde de la Société Générale.

Une des base de la présentation était sur la prise en compte dans le projet de la 3ème culture. On a l’habitude d’affronter deux cultures en offshore, celle du client et celle du prestataire. La troisième culture qui est celle de l’équipe prend plus d’importance en Scrum car l’imbrication des acteurs est plus forte que sur un Cycle en V traditionnel. En effet, les différences culturelles sont à prendre en compte dans les relations. Une réaction, un évènement est perçu de manière différente suivant sa culture, ses valeurs ou ses pratiques. Ce site montre les résultats d’une étude de Geert Hofstede sur les dimensions culturel. C’est un paramètre important au bon déroulement d’un projet sur le temps dans lequel la négociation est systématique.

L’approche ScrumShore se base sur trois ingrédients :

1/ Prendre en compte les dysfonctionnements d’une équipe : Absence de confiance, Peur du conflit, Manque d’engagement, Évitement des responsabilités, Inattention aux résultats.

2/ Prendre en compte le « lateral thinking » pour assurer la synchronisation de l’équipe sur une perspective à la fois et passer ensuite de perspective en perspective.

3/ Déployer les trois composants suivants :

1/ Définir les attentes respectives (client/fournisseur) sur la perspective de gestion, fonctionnelle et technique

2/ Définir les règles de fonctionnement : Rôles, Distribution des tâches, Horizontal et Vertical collaboration

3/ Déployer les méthodes Agiles (Scrum, XP, Lean, …) et un modèle de livraison évolutif

Cette approche est simple et pragmatique. C’était leur objectif. Je retiens de leur approche un point essentiel à la réussite d’un projet : Il faut se comprendre et pour bien se comprendre il faut se connaître. Dans un projet OnShore, cette nécessité existe mais elle est souvent estompée par une culture d’entreprise forte, une longue pratique réciproque des acteurs en place. Dans un projet IT NearShore/OffShore, toutes les différences ne font que renforcer la distance.

A Pentalog (SSII externalisation informatique), nous commençons les projets par une mission pivot où les acteurs clés se passent du temps chez le client pour comprendre le besoin, le fonctionnement de l’entreprise et surtout partager du temps avec les acteurs du projet IT. On a l’habitude d’expliquer que le temps passé autour d’une « bière » permet de se connaître beaucoup plus qu’autour d’une table de salle de réunion. On n’a pas à faire intégrer à une l’équipe la culture de l’autre. La construction de cette troisième culture me semble intéressante à organiser pour assurer la réussite d’un projet.

Pour ceux qui sont intéressés, voici la vidéo.

Vous souvenez-vous le premier et le deuxième épisodes?


Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.