Comment intégrer le DevOps à la stratégie globale de votre entreprise ?

Comment intégrer le DevOps à la stratégie globale de votre entreprise ?

Comment intégrer le DevOps à la stratégie globale de votre entreprise ?

Les avantages du DevOps pour les entreprises

1. Création de valeur en continu
2. Time-to-market plus court
3. Innovation accrue
4. Expérience client améliorée
5. Cycle de vente plus court
6. Données collectées plus qualitatives et utilisation mieux optimisée

Le DevOps est un mode de travail qui s’appuie sur le décloisonnement des services informatiques et sur l’automatisation pour optimiser le flux de travail et réduire les risques à chaque étape du cycle de vie du produit.

Les différents types de clouds, le choix des fournisseurs de services ou encore l’anticipation des besoins de l’entreprise doivent être interrogés au moment d’intégrer le DevOps dans la stratégie d’entreprise.

Consulting, staffing : Pentalog vous accompagne dans la réussite de votre stratégie DevOps à travers des solutions sur mesure.

Qu'est-ce que le DevOps ?

À l’instar de l’Agilité, le DevOps est une philosophie de travail, et non une méthodologie à appliquer au pied de la lettre.

Trait d’union entre les équipes de développement et les équipes opérationnelles, le DevOps a pour objectif de décloisonner ces services pour encourager et nourrir leur collaboration.

Définition du DevOps

DevOps est la contraction des mots « développement » et « opération ». Équipes de développement, d’opérations informatiques, d’ingénierie qualité et de sécurité travaillent alors ensemble pour optimiser le flux de travail à chaque étape du cycle de vie du produit.

Pour cela, le DevOps repose en grande partie sur l’automatisation et le cloud computing. À ce titre, il demande des outils et des compétences techniques spécifiques.

Le premier avantage stratégique du DevOps est la rapidité. Les entreprises réduisent le délai de commercialisation et innovent plus rapidement.

Le second grand avantage du DevOps est la stabilité et la fiabilité du système, grâce à des équipes qui travaillent désormais à l’unisson en s’appuyant sur l’automatisation.

Quelles sont les différentes approches du mouvement DevOps ?

Avec l’évolution des technologies et des pratiques, les pratiques DevOps ont été étendues et ont données naissance à des organisations permettant de répondre à des besoins spécifiques. Aujourd’hui, le SRE (Site Reliability Engineering) ou encore le DevSecOps sont les plus populaires.
Ce mouvement a été identifié dans le rapport Puppet State of DevOps et dont les principales informations ont été reprises dans le livre blanc DevOps Trends 2022 :

  • Les entreprises interrogées sont moins nombreuses à déclarer qu’elles ont des équipes dites DevOps.
  • Néanmoins, une plus forte adoption des pratiques DevOps est observée.

Ces deux phénomènes peuvent sembler contradictoires. En réalité, ils traduisent une meilleure compréhension du DevOps et l’émergence de nouvelles pratiques qui répondent davantage aux besoins des entreprises.

Le DevSecOps – pour Développement, Sécurité et Opérations – place la sécurité au cœur de ses pratiques.
Ses enjeux au quotidien : maintenir le plus haut niveau de sécurité qu’il soit, tout en faisant preuve de rapidité dans les process, l’accessibilité et la scalabilité.

La SRE (Site Reliability Engineering, ou ingénierie de la fiabilité des sites) est une approche développée par Google en 2003 qui met l’accent sur l’infrastructure.
Ici, l’objectif est de maintenir son haut niveau de qualité et de disponibilité afin d’accélérer le déploiement de nouvelles fonctionnalités.

Quelle est la différence entre équipe DevOps et équipe Agile ?

Le DevOps s’appuie principalement sur une collaboration renforcée entre les équipes de développement et les équipes de maintenance. Elle doit ainsi permettre d’anticiper les problèmes de versions sur les outils utilisés en développement et en production, les mises à jour qui pourraient retarder le projet ou encore l’adaptation de l’architecture pour répondre aux nouveaux besoins d’exploitation.

L’Agilité met la productivité en continu et l’intégration de nouveaux besoins au cœur de sa philosophie. Grâce à des développements qui se déroulent de façon plus fluide, le client retrouve la possibilité de changer d’avis, avec un minimum d’impact sur le temps dédié et les coûts dépensés.

Cet extrait issu d’un article consacré au DevOps et à l’Agilité résume leur complémentarité : « DevOps est donc l’harmonisation des pratiques agiles côté développement et côté exploitation pour profiter des bénéfices des pratiques agiles sur toutes les phases du projet. »

Quels sont les avantages du DevOps dans la stratégie d'entreprise ?

Grâce à la puissance du cloud computing et de l’automatisation, les entreprises qui maîtrisent l’art du DevOps acquièrent deux avantages concurrentiels de poids : le temps et l’innovation.

Concrètement, cela se traduit par :

  • Un produit plus rapidement commercialisé
  • Une réactivité accrue grâce à l’intégration en continu, alimenté par les retours clients
  • Une meilleure expérience client qui entraîne un cycle de vente plus court
  • Des données collectées et enrichies en temps réel, mais aussi mieux utilisées grâce à l’intelligence artificielle

Cependant, il ne s’agit pas de migrer vers le cloud pour faire du DevOps. La migration vers le cloud ne représente pas une fin, mais un moyen.

Afin que l’entreprise profite de sa puissance, il est crucial qu’elle élabore une stratégie DevOps qui s’appuie sur :

  • Un choix éclairé du cloud
  • Une réflexion sur les dépenses du cloud
  • Des compétences techniques spécifiques

Comparaison entre le cloud privé, le cloud public, le cloud hybride et le multicloud

On distingue 4 types de cloud :

1. Le cloud public
2. Le cloud privé
3. Le cloud hybride
4. Le multicloud

Le cloud public est détenu et exploité par un fournisseur de services cloud, comme AWS, Azure, Google Cloud Platform ou encore Alibaba Cloud. Charge à lui de gérer le matériel, les logiciels et l’infrastructure. De son côté, l’entreprise-cliente accède aux services via un navigateur web.

Le cloud privé représente un ensemble de ressources du cloud computing exclusivement accessible à l’entreprise-cliente. Il peut être physiquement dans l’entreprise, ou être hébergé chez un fournisseur de services (aussi appelé fournisseur de services cloud gérés).

Le cloud hybride se caractérise par l’utilisation de clouds de différents types reliés par des fonctions d’intégration ou d’orchestration, qui permettent de partager les données et les applications. Le cloud hybride peut être l’association de deux clouds privés, deux clouds publics, ou bien un cloud privé et un cloud public.

Le multicloud repose sur le déploiement de plusieurs clouds du même type (privé ou public) mais issus de différents fournisseurs.

Selon un sondage mené par Uptime Institute Global Data Center, 30% des entreprises interrogées en 2020 déclaraient rapatrier leurs charges de travail du cloud public. En 2021, elles sont passées à 32%.

D’après une étude faite par Flexera en 2021 sur l’état du cloud, les entreprises privilégient le multicloud (92% des répondants) et le cloud hybride (80% des répondants).

Comment choisir son fournisseur de cloud ?

Le marché du cloud est dominé par 3 acteurs : AWS, Microsoft Azure et Google Cloud Platform.

Au Q3 2021, AWS détenait 32% de part de marché, contre 21% pour Azure et 8% pour Google Cloud Platform (source : Gartner).

Pour choisir le fournisseur de services et le type de Cloud le plus adapté à ses besoins, l’entreprise doit d’abord faire un état des lieux de son architecture existante. Est-elle orientée applications, infrastructure, data ou encore sécurité ? Quels sont les objectifs stratégiques et en conséquence, les outils nécessaires à leur réussite que le Cloud devra fournir ?

En identifiant les fonctionnalités indispensables, l’accès et le traitement des données, la stratégie de gouvernance et la flexibilité requise, l’entreprise pourra alors élaborer une stratégie de Cloud au plus près de ses besoins, présents et futurs.

Pour accompagner l’entreprise dans sa transformation, Pentalog propose deux services : un Solution Design et le suivi de son implémentation par un Architecte Solution.

Le Solution Design se compose de plusieurs sessions de travail (ateliers puis phase d’analyse) qui réunissent les parties prenantes de l’entreprise et un Architecte Solution de Pentalog.

Il vise à répondre à l’une des questions suivantes (ou toutes selon les besoins de l’entreprise) :

  • L’architecture actuelle et ses composants répondent-ils pleinement aux besoins de l’entreprise ?
  • Quelles technologies choisir pour accomplir les objectifs commerciaux ?
  • Quelles compétences solliciter pour réaliser cette stratégie ?
  • Comment optimiser la disponibilité, l’intégrité et la sécurité des données ?

L’Architecte Solution peut ensuite être intégré à l’équipe de développement de l’entreprise. Selon la stratégie définie lors du Solution Design, son intervention peut porter sur :

  • Le choix, la priorisation et l’implémentation des technologies et des composants techniques
  • La mise à jour de la documentation portant sur l’architecture et sa conformité avec les standards de qualité
  • La formation de l’équipe d’ingénierie afin qu’elle ait les compétences et les connaissances nécessaires pour réaliser la stratégie en toute autonomie
  • Le suivi de la stratégie IT au regard des objectifs commerciaux

Comment optimiser vos dépenses dans le Cloud ?

Selon le rapport publié par Flexera, 24% des entreprises interrogées déclarent avoir dépassé le budget alloué au cloud, et 30% estiment que leurs dépenses dans le cloud pourraient être optimisées.

Pour maîtriser ses coûts, le cloud doit être envisagé comme un moyen, et non comme une fin.

Voici des pistes supplémentaires de réflexion pour optimiser les dépenses dans le cloud :

  1. Lorsque l’entreprise décide de migrer vers une solution cloud, il est important que tous les services s’emparent du sujet, et pas uniquement le SI.
  2. Prioriser les applications dans le cadre d’une migration
  3. Choisir un fournisseur de services principal et des fournisseurs de services secondaires afin de ne pas être entièrement dépendant
  4. Cependant, veiller à ne pas trop se disperser entre les différents fournisseurs de cloud, car chacun requiert des compétences spécifiques et les harmoniser demande une rigueur accrue dans l’organisation
  5. Anticiper les besoins futurs car les partenariats avec les fournisseurs de cloud d’inscrivent souvent sur le long-terme

Comment recruter un ingénieur DevOps ?

Compétences techniques et relationnelles de l’ingénieur DevOps

Métier relativement récent et en perpétuelle évolution, le DevOps ne répond pas à une grille de compétences figée.

De plus, les prérequis techniques vont grandement varier selon les technologies choisies par l’entreprise et sa stratégie de cloud.

Cependant nous pouvons dégager quelques compétences techniques qui constitue le socle de connaissances de tout ingénieur DevOps :

  1. Services cloud
  2. Connaissances en infrastructure et architecture réseau
  3. Outils d’infrastructure as code : Terraform, Ansible, Chef, Puppet
  4. Conteneurisation : Docker, Kubernetes
  5. GitOps : Git, Jenkins, Gitlab CI, Argo CD
  6. Services managés
  7. Micro-services
  8. Scripting : Python, Bash, Groovy
  9. Configuration de bases de données : Relationnelles, NoSQL, data lake
  10. Configuration de flux d’information : Kafka, ETL
  11. Langage de programmation utilisé par l’équipe de développement
  12. Mise en place de chaînes d’intégration continue CI/CD
  13. Environnement des systèmes d’exploitation
  14. Automatisation des tests
  15. Monitoring des déploiements
  16. Sécurité des données

Trait d’union entre deux équipes traditionnellement cloisonnées, le DevOps doit avant tout faire preuve d’un sens de la communication poussée pour encourager et nourrir le dialogue.

Voici un aperçu des compétences collaboratives de l’ingénieur DevOps :

  1. Bon relationnel pour communiquer avec les équipes et les stakeholders, les écouter, comprendre leurs demandes. L’ingénieur DevOps doit être capable de traduire les besoins dans un langage technique, ou au contraire de vulgariser.
  2. Gestion d’une équipe composée de différents profils
  3. Curiosité pour rester informé des dernières innovations
  4. Proactivité
  5. Adaptabilité
  6. Esprit d’analyse
  7. Sens de l’organisation

Plutôt que de chercher à tout prix un profil qui maîtriserait tous les outils, mieux vaut s’attacher à la somme des expériences professionnelles et au savoir-être de l’ingénieur DevOps et évaluer s’il serait un bon fit pour le projet et l’équipe.

Comment tester un profil DevOps ?

Comme évoqué, chaque entreprise possède des besoins spécifiques au regard de sa stratégie DevOps.

Via des plateformes dédiées aux évaluations techniques, il est possible pour les entreprises de créer des tests personnalisés qui reflètent l’environnement de travail du candidat DevOps.

Les tests IT pour ingénieur DevOps présentent plusieurs avantages :

  1. Ils donnent une chance de recrutement égale à tous les candidats ; le parcours scolaire ou les années d’expérience n’influencent pas le recruteur
  2. Ils permettent de gagner du temps sur la sélection des candidats pour les entretiens en s’appuyant sur les résultats obtenus aux tests
  3. Ils traduisent bien mieux les compétences des candidats que le CV

Après avoir validé les compétences de base propres à l’ingénieur DevOps, il peut être intéressant de lui faire passer un cas pratique, ou de le familiariser avec les projets en cours, pour mieux comprendre sa façon de raisonner et d’interagir avec les équipes et les stakeholders.

Cela permettra également au candidat de mieux se projeter sur le poste, comprendre le fonctionnement de l’entreprise et les attentes.